Nouveau blog de généalogie : les épis de Beauce

Par Stéphane Cosson le 20 juillet 2014 | (0) Commentaires | Permalink

Je ne le fais pas d'habitude mais je vais faire une exception pour lui.

J'avais conseillé à mes étudiants de lire les différents écrits du challenge AZ, pas forcément les miens, il n'y a pas que leur professeur dans la vie.

Maxime, après avoir suivi un double cursus cette année, en histoire et en généalogie, a suivi le conseil. Résultat, cela lui a donné envie et il vient de se lancer dans la grande aventure de l'écriture d'un blog de généalogie : Les épis de Beauce.

Alors n'hésitez pas à aller lire ses écrits. Et Maxime, l'an prochain, au Challenge AZ comme tout le monde !

 

Voir aussi : Actualité

Separateur_post

Gustave Cambefort, né à Carcassonne, Mort pour la France dans l'Oise

Par Stéphane Cosson le 10 juillet 2014 | (0) Commentaires | Permalink

En 1990, Martine achète un cadre sur une brocante. En le démontant pour le nettoyer, elle découvre deux photos, dont celle présentée aujourd'hui. Martine compte sur la communauté généalogique pour pouvoir remettre ces photos à leurs familles. 

Gustave est né le 7 janvier 1897 à Carcassonne de Jean CAMBEFORT et Marie THOMAS. 
10550102_851198731576541_1927915029453998091_o


La famille a ensuite déménagé à Toulouse, peut-être suite à une nouvelle affectation de Jean, alors employé des Postes.

C'est dans la ville rose que Gustave a été inscrit dans les registres matricules.

Décrit comme un travailleur acharné, d'une fougue juvénile et d'une audace réfléchie, cet élève de l'Ecole d'Arts et métiers d'Aix a été fauché à 21 ans, à Monchy-Humières dans l'Oise, loin de son Languedoc natal.
Registre-matricule_343_FRAD031_00011_R_000430_0705


Cité à l'ordre du jour de la 121e division, Croix de guerre étoile d'argent, il fut inhumé au cimetière provisoire d'Entrée-Saint-Denis, maintenant transféré à Rémy dans l'Oise.

Cambefort verso

Si Gustave CAMBEFORT fait partie de votre généalogie, vous pouvez laisser vos coordonnées via la fiche contact du blog "la Gazette des ancêtres". Sophie Boudarel transmettra à Martine, qui sera ravie de vous faire parvenir cette photo.

Cambefort_Me_moire_des_Hommes

Voir aussi : Actualité

Separateur_post

[challenge AZ] Y comme Ymago Mundi ou monnaie et religion

Par Stéphane Cosson le 30 juin 2014 | (0) Commentaires | Permalink

Dès le départ, les religions se sont servies de la monnaie comme outil de propagande. En plus d'un instrument d'échange, la pièce devient une sorte de talisman.

C'est avec Constantin qu'apparaît pour la première fois la croix sur les monnaies. Le monogramme du Christ est très souvent représenté au revers des pièces à partir de Constantin II. On peut trouver aussi un ange. L'empire byzantin continuera sur cette lancée jusqu'à sa chute.

Le monnayage musulman est strictement épigraphique et d'écriture arabe. Après la réforme de 696, il portera une légende circulaire et quatre lignes au centre, sur les deux faces. Outre la date selon le calendrier de l'Hégire, les légendes portent les textes fondamentaux de la foi musulmane. Pendant le Moyen Age, cette monnaie est la plus répandue au monde. De ce fait, dans les régions reconquises par les rois chrétiens, avec des légendes différentes bien sûr et parfois adaptées aux usages locaux.

Les guerres de religion, catholiques contre protestants, après le décès de Henri III, les Ligueurs frappent au nom de Charles X, oncle de Henri IV. Le pouvoir de reconquête de ce dernier se voit au travers des hôtels de monnaies et de leurs émissions. Le conflit protestant se retrouve aussi dans le monnayage européen.

 Avec la révocation de l'édit de Nantes par Louis XIV, des jetons de métal commun (souvent de plomb ou d'étain) seront émis comme signes de reconnaissance. Ils étaient remis aux frères admis à la communion, c'est-à-dire n'ayant pas fait l'objet de réprimande du consistoire, contribué aux charges du culte et assisté à toutes les réunions religieuses. Ils permettent aussi d'admettre sans crainte des nouveaux venus et donc d'exclure des espions potentiels. On les connaît dès 1584. Ils sont remis aux députés de l'église réformée de Montauban, on les nomme alors “médailles des églises du désert”.

 Le type le plus connu dans le sud-ouest est celui dit "de Sainte-Foy". Il porte, à l'avers, une bible ouverte portant l'inscription “ne crains point petit troupeau” et “St Luc, c12, v. 32”. Le revers montre un berger avec son troupeau, appuyé sur son bâton. En Poitou, mais aussi dans le nord et dans l'est, ces méreaux portent un calice ainsi que le nom ou les initiales du groupe auquel ils sont associés. Et cet usage est resté très fort parmi les protestants français de l'église réformée de France. 

 Enfin, pour faire plus proche de nous, savez-vous que ce n'est qu'en 1907 que, sur la tranche des monnaies, la devise "Liberté Egalité Fraternité" remplace  "Dieu protège la France" ? Comme quoi, monnaie et religion ont une longue histoire commune qui n'est sans doute pas finie.

 

    

Voir aussi : Actualité

Separateur_post

[challenge AZ] U comme usage des poids monétaires dans le commerce

Par Stéphane Cosson le 28 juin 2014 | (0) Commentaires | Permalink

Je vous ai parlé dans une note précédente des dénéraux. Mais ce que je ne vous ai pas dit, c'est que les balanciers n'étaient pas les seuls à s'en servir. Il en fut fabriqué aussi pour tous ceux qui avaient besoin de s'assurer du poids des espèces passant entre leurs mains comme les agents du fisc, les marchands ou les changeurs.

On trouve par exemple des dénéraux du XIVème siècle portant un nom propre avec derrière une autre désignation : Lombard.  Vous vous doutez bien de quoi il s'agit. Ils étaient utilisés par les marchands lombards.

Vous pouvez trouver aussi des dénéraux, nombreux, portant mention d'un poids réduit de tolérance de circulation. Ils servaient aux usuriers.

Il existait aussi de faux dénéraux comme il existait de la fausse monnaie. Des numismates ont trouvé ainsi un dénéral sur lequel il était inscrit "pistole d'Italie".  Problème : la pistole n'est pas une monnaie française et s'il s'agit d'un dénéral italien, la langue ne serait pas le français. c'est donc un faux.

En théorie, les dénéraux n'avaient pas à être chez des commerçants. Le roi interdisait de peser ses monnaies. Le frai, c'est-à-dire l'usure de la pièce, n'avait pas à entrer non plus en ligne de compte. Seule la pièce en cours de fabrication, au pire la précédente, était autorisée. Les espèces étrangères devaient être portées chez les fondeurs pour fabriquer de nouvelles pièces françaises.

Mais ça c'est la théorie. Parce que dans la pratique, il en est tout autrement. Le roi n'est guère obéi. Regardez les actes passés chez les notaires et intéressez-vous aux pièces qui permettent les paiements. Ce ne sont pas toutes des pièces françaises. Loin de là ! Et il y a des textes officiels où même le pouvoir se déjuge. A la fin du XVème, le langage du pouvoir est à l'opposé de tout ce qu'il avait été.

A partir de 1541, les nombreuses ordonnances montrent que des espèces de tout poids et de tout étalon circulent en France. Et il faut bien les peser, surtout si elles sont en or. La circulation monétaire est des plus complexes. Le roi est impuissant à empêcher l'usage. Il essaie alors au moins de le réglementer. Il fait des concessions.

La frappe au balancier puis la paix établie dans tout le royaume favorisent une police monétaire. Cela calme un peu le jeu. En 1701 et 1704, on crée officiellement des dénéraux d'occasion.

Vous pensez que le système décimal a mis fin à cela ? Que nenni, en tout cas pendant le premier tiers du XIXème siècle. Ce qui a vraiment mis fin à cela, ce sont les billets de banque, l'or ne servant plus que dans les réglements internationaux.

Voir aussi : Actualité

Separateur_post

[challenge AZ] W comme monnaie écoresponsable

Par Stéphane Cosson le 27 juin 2014 | (0) Commentaires | Permalink

Aujourd'hui ce sera une note complètement différente. Jusqu'à présent, j'étais dans le passé, l'histoire. Je me suis dit qu'il fallait aussi penser au futur. De temps en temps, cela peut faire du bien. Et aussi parce que l'idée pouvait être facile à mettre en place pour un généalogiste professionnel. Que cela pouvait être une manière de se différencier de la concurrence. Une note sans doute plus proche de ce que j'écris d'habitude.

Tout d'abord peut-être une définition. L' écoresponsabilité  ou responsabilité environnementable ou encore responsabilité humaine dans l'habitat consiste à appliquer les savoirs écologiques , un état de conscience réelle et l'imputabilité des décisions au décideur. Tout au long des processus de la gouvernance (prospective, administration, gestion, caractérisation, évaluation, entretien, consultation, réparation, création...) et selon les principes du développement durable, la responsabilité environnementale s'applique.

Je ne parlerais que du principe qu'une start-up française  a mis en place. Je ne citerais ni son nom, ni le nom de la monnaie.  Je ne suis pas une agence de pub non plus. Et je reste ainsi conforme à la ligne éditoriale que je me suis donnée quand j'ai commencé à rédiger ce blog.

Cette start-up a créé une monnaie électronique indexée sur l'euro, agréée par la Banque de France et par la Banque Centrale Européenne. Elle a mis en place un site marchand avec des partenaires écoresponsables et le paiement s'y fait dans cette monnaie. Cela permet bien spur d'obtenir des avantages derrière, que je ne donnerais pas non plus. Toujours volontairement.

On peut aussi choisir les associations que l'on souhaite valoriser, soutenir, de même que le montant que l'on souhaite leur reverser à chaque achat de la clientèle.

Personnellement, je trouve ça bien.  Peut-être parce que j'ai biberonné à l'économie sociale et solidaire quand je me suis mis à mon compte. Et que donc je suis sensible à toute action qui va dans ce sens.

Alors pourquoi le W ? Tout simplement parce que cette start-up au départ avait nommé sa monnaie d'un mot commençant par cette lettre. Avant de se rendre compte que cette monnaie existait réellement en vrai, pas dans le virtuel, et qu'il lui fallait donc changer de nom. Voilà, tout simplement. Et aussi parce que c'est la seule idée que j'ai eu pour cette lettre en lien avec mon thème pour le challenge. Et que je l'ai cherchée pendant un moment.

Voir aussi : Actualité

Separateur_post

[challenge AZ] I comme instructions du Ministère de l'Intérieur

Par Stéphane Cosson le 26 juin 2014 | (0) Commentaires | Permalink

Le 30 brumaire an XII, le ministère de l'Intérieur envoie un courrier à tous les préfets  avec mission d'en donner connaissance sur le champ à tous les sous-préfets intéressés. Cette lettre, dont vous aurez copie intégrale ci-dessous, aborde plusieurs points intéressants : 

1/Elle se réfère à la loi du 7 germinal an XI. Le Premier Consul a décidé de donner à la France un nouveau franc, une monnaie forte : le Franc Germinal ! Cette monnaie va apporter à la France un stabilité de plus d'un siècle

2/Vous le verrez, cette missive parle de boîte de trébuchet.  Il s'agit en fait de boîte de pesage monétaire. Le trébuchet est une petite balance à bras égaux avec deux plateaux suspendus. Le poids trébuchant, ajusté sur le poids de tolérance, était posé sur un des plateaux, la monnaie sur l'autre. Si la balance trébuchait du côté de la monnaie, elle était acceptée.

3/Cette lettre laisse l'utilisation libre des anciens poids monétaires, du moment qu'ils ont tous une forme commune. Même si chaque changeur peut a priori fabriquer celle qu'il veut.  Lisez bien le courrier, c'est un modèle du genre dans ce domaine.

4/ Nous avons le détail de toutes les nouvelles monnaies en circulation.

5/ Enfin, un maître balancier nommé Jecker, même s'il n'est pas nommé, est mis en cause : ses balances ne sont pas fiables.

Et maintenant, en voici donc la copie :

Jusqu'à présent la circulation des monnaies anciennes, qui a eu lieu concurremment avec celle des monnaies nouvelles, a obligé de tolérer l'usage des anciens poids de marc qui garnissaient les boîtes des trébuchets destinées à peser les monnaies.

Aujourd'hui que l'époque est peu éloignée où ces monnaies anciennes cesseront absolument d'avoir cours, il importe de régler à l'avance les dispositions nécessaires pour faire de même disparaître des trébuchets tous les poids anciens qui ne pourront plus être tolérés sous auncun prétexte.

La loi du 7 germinal dernier a déterminé le poids des diverses monnaies. Le franc, unité monétaire, est une pièce d'argent de 5 grammes. La pièce de 2 francs pèse 10 grammes et celle de 5 francs en pèse 25.

Les pièces au dessous du franc sont le 1/4 du franc, qui est du poids de 125 centigrammes, le 1/2 franc qui est de 25 décigrammes, et la pièce de 3/4 de franc dont le poids est de 375 centigrammes.

Il y a des pièces de 2, 3 et 5 centièmes de franc, dont le poids est ainsi réglé, savoir : pour la pièce de deux centièmes, 4 grammes ; pour celle de 3, six grammes, et pour celle de 5, dix grammes.

Enfin, il y a des pièces d'or de deux sortes, l'une de 20 francs et l'autre de 40. Le poids de la pièce de 20 francs est réglé par la loi de manière qu'il en faut 155 pour faire un kilogramme, ce qui donne pour le poids de chaque pièce en particulier 6 grammes 452 et pour le poids de la pièce de 40 francs 12 grammes 903/1000.

Quoique le poids de toutes ces pièces de monnaies étant ainsi réglé, il soit facile de les vérifier avec les poids ordinaires, tels qu'ils sont dans le commerce en réunissant par exemple le poids de deux décagrammes et celui de 5 grammes pour avoir le poids de la pièce de cinq francs, le poids de deux grammes et celui de cinq décigrammes pour avoir le poids du demi-franc, et ainsi des autre, on conçoit cependant qu'il serait fort embarrassant d'avoir toujours besoin de recourir à la table des monnaies pour ensuite, par la combinaison des poids divers qui sont nécessaires, former celui de la pièce qu'on veut vérifier.

Il est évident au contraire qu'il serait plus commode et plus expéditif d'avoir des poids qui présentassent la valeur de chaque pièce en particulier et la série de tous ces poids serait réglée ainsi qu'il suit :

Pièces de cuivre                            Pièces d'argent                            Pièces d'or

Centième de franc                         Francs                                          Francs

2 - 4 grammes                               1/4 - 1g. 25                                   20 - 6gr.

3 - 6 grammes                               1/2 - 2g. 05                                   40 - 12 gr. 90

5 - 10 grammes                             3/4 - 3g. 75

                                                       1 - 5 g.

                                                       2 - 10 g.

                                                       5  - 25 g.

Il est bien libre sans doute à chacun de prendre à cet égard le parti qui lui conviendra le mieux, et même à ceux qui adopteront le mode de construire des poids spécialement destinés à la pesée des monnaies de leur donner la forme qu'ils aviseront.

Cependant, comme on ne saurait trop prendre de précaution pour prévenir tout ce qui pourrait faciliter la fraude, je pense qu'il serait à propos de régulariser et d'uniformiser autant qu'il sera possible la construction des poids destinés à peser les monnaies, en leur donnant une forme qui leur soit particulière et les marquant non pas du nom de la quantité de poids qu'ils représenteront , mais celui de la pièce de monnaie à laquelle ils se rapporteront. Chaque boîte de trébuchet devra contenir en outre un assortiment de poids depuis celui de 5 grammes jusqu'au plus petit, pour apprécier les différences qui se trouveront dans le poids des monnaies, sauf toutefois la tolérance accordée par la loi.

Quant à la forme de ces poids, je pense que l'on n'en peut pas adopter une plus avantageuse que celle d'un cône ou d'une pyramide tronquée et renversée, surmontée d'un bouton ; ces poids ont l'avantage de pouvoir se placer facilement dans les cases qui leur sont destinées et de s'en retirer de même ssans frottement.

Les poids destinés à peser les monnaies devront nécessairement être présentées à la vérification et marqués du poinçon ; le droit de marque sera payé conformément au tarif, c'est-à-dire à raison de 7 centimes 1/2 par pièce.

Indépendamment des balances appelées trébuchet, dont on  se sert  pour peser les monnaies, on emploie encore au même usage une espèce de romaine connue sous le nom de pèse-monnaie.

Cette sorte de balance est en général peu susceptible de la précision nécessaire l'emploi qu'on en fait, et d'ailleurs il est facile d'en altérer la justesse par le déplacement d'un seul des couteaux. Le gouvernementne peut donc se rendre garant de l'exactitude des instruments de cette espèce en les marquant de son poinçont ; il est au contraire de son devoir d'éclairer le public sur les dangers de leur usage, et même de faire tous ses efforts pour le restreindre autant qu'il est possible.

Mais il ne peut, dans aucun cas être permis de marquer sur ces romaines les divisions des anciens poids, et les agents de la po lice doivent veiller exactement à faire disparaître du commerce tous les pèse-monnaies sur lesquels ils trouveraient ces divisions tracées.                 

 

Voir aussi : Actualité

Separateur_post

[challenge AZ] V comme valeur et prix de la monnaie

Par Stéphane Cosson le 25 juin 2014 | (0) Commentaires | Permalink

La valeur de la plupart des monnaies les plus utilisées pour le commerce et la finance est fonction du prix du marché. Leur cours varie en permanence, au gré de transaction dans les salles de marchés (des banques ou des bourses) comme celui de Londres, premier marché des changes mondial.

Quelques monnaies ont encore, cependant, un taux de change fixe ou encadré,comme le franc CFA ou le yuan. La raison ?  Se protéger de la variation des changes. 

Comment s'achètent et se vendent des monnaies sur le marché ? Cela dépend en premier lieu du loyer de l’argent. Si un pays offre des taux d'intérêt élevés, les placements dans cette monnaie sont rémunérateurs  et donc cela soutient le cours de la monnaie.
Mais la valeur d’une monnaie repose aussi sur la confiance que l’on accorde à un pays, sur l’importance de sa richesse, sa stabilité, sa croissance économique et sa puissance stratégique.

 Par ailleurs, lorsque des pays ont des échanges importants entre eux, les valeurs de leur monnaie sont souvent liées entre elles et la plus importante entraîne les autres.
Enfin, les banques centrales peuvent influencer le marché, par exemple lorsqu’elles trouvent que la spéculation va trop loin à la hausse ou à la baisse. 

Le prix de la monnaie concerne quant à elle la monnaie qui intéresse les numismates.  Les prix des monnaies féodales, peu connues, sont usuellement dix fois plus faibles que ceux des monnaies royales, par exemple. Ce prix varie en fonction du modèle, de son état d'usure, de l'atelier de l'émission. 

 

 

 
 
 

Voir aussi : Actualité

Separateur_post

[challenge AZ] H comme le sieur Hue à Rouen

Par Stéphane Cosson le 24 juin 2014 | (0) Commentaires | Permalink

Pour une fois, je vais vous parler d'un balancier en particulier : le sieur Hue de Rouen. Pourquoi lui ? Je ne sais pas. Peut-être parce que Rouen permet de parler d'une autre particularité : la Vicomté de l'Eau.

Comme toutes les villes sur une voie navigable, Rouen a profité du fleuve pour développer son commerce. A la fin du XVème siècle, l'essor est dû aux draperies, vendues en Espagne, aux soieries et à la métallurgie. Au XVIème siècle, Rouen est la deuxième plus grande ville du royaume. En 1532, alors que François 1er visite la ville, un membre de sa suite écrit qu'on paerçoit à peine l'eau couler entre les bâteaux tellement le trafi est intense.

Cet avant port de Paris est au centre d'une des provinces les plus riches de France : la Normandie. A partir de novembre 1415, Charles VI accorde aux balanciers rouennais des statuts considérables après sa rencontre avec Jean Petit, vicomte de l'Eau. On leur accorda par exemple le droit de faire la visite des poids et mesures chez tous les marchands. Les délits cosntatés par eux étaient portésdevant le tribunal du vicomte de l'Eau jusqu'à la création des lieutenants-généraux de police par Louis XIV en 1699. La vicomté de l'Eau voit sa juridiction s'exercer aussi sur les affluents de la Seine. La vicomté a aussi un rôle de percepteur , prélevant les nombreux droits de passage, halage, flottage ou pontage pour le compte du Roi.

La corporation des balanciers est  en effet placée sous l'égide de la vicomté de l'Eau. Celle-ci (vicomté) a des caractéristiques analogues aux prévôtés.  En 1731, le vicomte de l'Eau est Coonseiller du Roi, Juge politique, civil et criminel par la rivière de la Seine et Garde des Etalons, poids et mesures de la ville.

Le sieur Hue a exercé dans les années 1770-1780. Nous connaissons peu de choses de lui si ce n'est qu'il a vécu au 73 rue Sainte-Croix des Pelletiers puis au 207 rue de la Vicomté.  Il est l'un des rares balanciers de Rouen a fabriquer des boîtes de pesage monétaire. L'une d'entre elles est d'ailleurs conservée au Museum of American Society Numismatic Society à New York.

Voir aussi : Actualité

Separateur_post

[challenge AZ] X comme napoléonide

Par Stéphane Cosson le 23 juin 2014 | (0) Commentaires | Permalink

Je vous avais fait déjà le coup du Z comme obole. Il fallait bien que je vous en fasse un deuxième, une lettre de l’alphabet ne correspondant pas vraiment au texte. Quoique... Comme pour le Z, cela peut s’expliquer

 Tout d’abord, les napoléonides. Je vous expliquerais ensuite pourquoi j’ai choisi de les mettre sous la lettre X.

 Les napoléonides sont des pièces de monnaies. Vous trouverez dans le corps du texte quelques unes de celles-ci.

Naopléonide 2 lires Italie 2 lires Italie au profil de Napoléon

La Révolution Française met en place le système décimal ainsi qu’une nouvelle monnaie (le franc) après le bref épisode de l’assignat. C’est bien sûr à l’effigie du Premier Consul, Napoléon, que sont frappées ces pièces.

 Napoléon n’est pas du tout un batailleur. Non, du tout. Mais quand même, pendant toutes les guerres qu’il a menées, il va répandre de gré ou de force ce nouveau système à travers toute l’Europe. Le but ? Créer une première unité monétaire européenne.

Naopléonide Lucques et  Piombino Lucques et Piombino 

 Les espèces ainsi émises, vous pourrez le voir tout au long de cet article, portent des portraits différents : L’Empereur certes, mais aussi Jérôme son frère, Elisa et Félix Bacciochi, Joseph, Joachim Murat, l’impératrice. Nous avons aussi des pièces des royaumes ou républiques sœurs, sous la domination française.

Napoléonide République Batave République Batave

 Mais c’était trop tôt, l’Europe n’était pas prête à avoir qu’une seule monnaie. Même s’il y avait des monnaies locales à la place du franc. Cette tentative d'union monétaire finit par avorter.

Napoléonide Duché de ParmeDuché de Parme : impératrice Marie-Louise

 Pourquoi mettre cette monnaie sous le X ? Eh bien à cause de Napoléon lui-même. Dans la symbolique des lettres, le X est le symbole du croisement parfois dangereux, du sacrifice, de l’abnégation, du renoncement. C’est aussi un point lumineux en son centre avec des rayons lumineux balayant l’espace à partir de lui. C’est le symbole de l’illumination, de la connaissance. Ce sont deux droites qui se croisent enfin harmonieusement.

Napoléonide  Jérôme Napoléon Jérôme Napoléon

 Regardons l’œuvre de Napoléon : Il a réorganisé et réformé durablement l’Etat et la société. Tout comme Charlemagne (soyons fou, n’ayons pas peur des comparaisons), il étend le territoire : 134 départements en 1812, Rome, Hambourg, Barcelone, Amsterdam devenant des chefs-lieux de département.

Napoléon est président de la République italienne pendant 3 ans (1802-1805), roi d’Italie (1805-1814), médiateur de la Confédération suisse (1803-1813), protecteur de la Confédération du Rhin (1806-1813).

Il a enfin placé des membres de sa famille sur d’autres trônes européens.

Naopléonide Gaule subalpineGaule Subalpine

 D’une certaine manière, il a bien illuminé l’Europe, avec comme centre la France. Le sacrifice est évident quand on voit le nombre des morts causés par ses guerres. La connaissance est tout aussi évidente quand on voit son œuvre juridique, la mise en place du code civil, ou fiscal, le cadastre napoléonien.

Napoléonidde république cisalpine République Cisalpine

 Bref… Les romantiques en ont fait l’archétype du grand homme appelé à bouleverser le monde. Elie Faure le compare à un prophète des temps modernes. Pour Victor Hugo, il est un Prométhée moderne. Son ombre plane sur de nombreux ouvrages d’auteurs français (Balzac, Stendhal, Musset) ou étrangers (Dostoïevski ou Tolstoï). Son action a en outre créé un courant politique.

Napoléonide royaume d'Etrurie Royaume d'Etrurie

 Il me paraissait donc complètement normal, au vu et au su de cela, de mettre les napoléonides sous la lettre X.

Voir aussi : Actualité

Separateur_post

[challenge AZ] G comme Guillaume et Roumain, balanciers

Par Stéphane Cosson le 21 juin 2014 | (0) Commentaires | Permalink

En cet an de grâce 1292, paroisse des Innocents à Paris, vivent deux balanciers : Guillaume rue Merderel et Roumain habitant La Grande Rue. Ce quartier est le berceau des artisans travaillant les métaux. Guillaume et Roumain sont les deux plus anciens balanciers mentionnés dans des textes.

Un balancier ? En quoi consiste ce métier si particulier ? N'importe qui en fait ne peut pas fabriquer des poids monétaires. Seuls les fabricants de balance le peuvent.  Ils sont placés sous la surveillance et la juridiction de la Cour des Monnaies pour les poids à peser or et argent.

Les Maîtres balanciers sont tenus de prêter serment à la Cour. On les appelle alor des Maitres Balanciers Jurés.  Ils osnt tenus d'apposer sur leurs poids la marque officielle de la Cour de la Monnaie : la fleur de lys.

Ce n'est qu'en 1324 que Hugues de Creusy, prévôt de Paris, confère les premiers statuts aux balanciers. Mais le premier texte d'ensemble connu pour la France entière date de François 1er, une ordonnance de mars 1541. L'administration a voulu bien évidemment réglementer la réalisation et la vente des poids monétaires.  Mais, malgré tous les arrêts, réglements et ordonnances successifs, il a bien du mal à faire respecter ses directives. Malgré de nombreux rappels à la loi, les balanciers parisiens n'apposent pas leur marque, pourtant exigée.

Les poids monétaires sont rangés dans des boîtes, très souvent de petites dimensions (moins de 20 centimètres).  Ce qui permet de les mettre dans la poche avant de se déplacer pour une foire ou un marché.  Les maîtres balanciers utilisent le bois au plus près de leur atelier. Ainsi, le pommier étant très présent en Limousin, les boîtes sont dans cette essence. De même, elles sont en noyer pour le Lyonnais pour prendre un autre exemple. Seulement cinq villes ont le droit de fabriquer ces poids et balances : Rouen, Paris, Limoges, Lyon et Bordeaux. Les balanciers de deux autres villes s'arrogeront ce droit : Nantes et Reims. 

Une boîte comprend toujours : un fléau, les poids bien sûr de formes diverses et variées, neuf lamelles dites aussi poids en grain, deux coupelles, deux cordonnets en soie ou en coton de couleur verte avec une petite houpette de préhension pour mettre la balance en position de peser, un extracteur enfin pour enlever les poids de leurs logements. Tout ce qui est en métal est soit en fer soit en laiton. 

Il nous est facile alors d'imaginer le travail du balancier, son installation au milieu de la foule, l'attraction qu'il devait être, peut-être le soulagement que les marchands pouvaient avoir en le voyant arriver.

Voir aussi : Actualité

Separateur_post

Tous les derniers titres

 

Avertissement: Les informations, textes, images et sons, diffusées via internet par The Social media Group ne sont pas susceptibles, à priori, de contrevenir à la réglementation afférente aux droits d´auteur. Si tel n´était pas le cas, merci de nous le signaler à l´adresse copyright at thesocialmedia point com et nous nous engagerons, sous reserve de la validité de la requête, à effectuer les modifications afférentes dans les plus brefs délais.


Le Blog Généalogie, un site du Social Media Group, réseau de blogs thématiques.