« La kamologie | Accueil | Comment embaucher un salarié ? »

La généalogie professionnelle en chiffres

Par Stéphane Cosson le 31 mars 2006 | (71) Commentaires | Permalink

L'Union des Syndicats de Généalogistes Professionnels vient de chiffrer le nombre d'études professionnelles ainsi que leurs chiffres d'affaires.

Voici les premiers résultats.

En 2005, la généalogie professionnelle représenterait environ 600 personnes travaillant dans une centaine de cabinets ou d'études (je vous laisse le choix du terme qui vous convienne le mieux). Les études recensées par l'USGP ne concernent que celles appartenant à un syndicat professionnel, quel qu'il soit. Il faut y rajouter les études affiliées nulle part. Mais celles-ci combien sont-elles ?

Pour ce qui est du généalogiste successoral, son intervention règle tous les ans 10 000 dossiers de succession, pour 70 000 héritiers. Ce qui génère environ 200 millions d'euros de transactions chaque année.

A cette somme, il faut rajouter 5 000 dossiers de localisation au bénéfice de 30 000 ayant droits. Et ce pour une somme de 100 millions d'euros environ.

A cela, il faut rajouter le paiement des principaux créanciers, dont bien évidemment l'Etat.

Si on regarde maintenant par syndicat :

  • la CGP compte une quarantaine de cabinets successoraux et familiaux. Son CA cumulé est de 7 millions d'euros.
  • la CSGHF compte une vingtaine de membres pour un CA cumulé de 3 millions d'euros.
  • le SNG regroupe 7 cabinets pour un CA cumulé de 50 millions d'euros.
  • la CGSF (hors USGP) se compose de 25 cabinets successoraux et atteint un CA cumulé de 15 millions d'euros.

Bien évidemment, le généalogiste familial, pour le moment, génère un CA moindre par rapport au successoral. Je dis pour le moment car, à mon avis, il a plus de latitude pour être créatif et mieux développer son business que le successoral. Ce dernier me semble assez restreint dans le domaine de la succession.

Aviez-vous vu la généalogie professionnelle sous cet angle-là ?



Commentaires

Rédigé par : l'her | 31 août 2006 19:39:41

bonjour,je voudrais savoir comment on deviens généalogiste professionnel et quels sont les démarches à effectuer? faut-il avoir avoir un capital d'argent pour commencer? je vous remercie d'avance de votre réponse.erwan.


Rédigé par : Stéphane | 1 sep 2006 08:35:13

Bonjour,

Tout d'abord, la profession de généalogiste comprend deux métiers : généalogiste successoral et généalogiste familial.

Pour être successoral, il vaut mieux d'abord avoir fait des études en droit. Avant de s'installer à son propre compte, le meilleur des apprentissages est d'être salarié dans un des grands cabinets de généalogistes professionnels successoraux, comme Coutot-Roehrig ou Andriveau ou Maillard ou d'autres.

En ce qui concerne le métier de généalogiste familial, il est préférable d'avoir de bonnes bases en histoire, soit de manière autodidacte soit par le biais d'un diplôme universitaire. Il faut aussi bien connaître les différentes séries des archives pour savoir ce que l'on peut y trouver et être formé à la recherche en archives.
Je préfère toujours prévenir que le métier de généalogiste familial est un métier difficile financièrement à mon sens. Etes-vous prêt à travailler pendant au moins cinq ans, 12 h par jour, sans prendre aucune vacances pour au bout de ce laps de temps pouvoir vous payer un SMIC ? Etes-vous prêt à avoir des mois sans rémunération ? A ne pas avoir de rémunération fixe ? A vous déplacer régulièrement, plusieurs fois par mois, et à dormir à l'hôtel ?

Sinon pour se mettre à son compte, c'est assez simple. Il suffit de s'inscrire à l'URSSAF en tant que généalogiste professionnel. Il n'y a pas besoin de capital de départ très élevé. Il suffit d'avoir une bonne voiture pour se déplacer et un ordinateur pour pouvoir envoyer vos factures. Il vaut mieux avoir aussi de bonnes bases en gestion. Vous serez entrepreneur, profession libérale. Sans doute au départ, vous n'aurez pas les moyens de vous payer un experet-comptable. Quelles sont vos connaissances en gestion ?

J'espère avoir répondu à votre demande. N'hésitez pas à me laisser un nouveau commentaire si besoin est.

Cordialement

Stéphane Cosson


Rédigé par : VERRIERE Vincent | 4 oct 2006 14:18:15

Bonjour!
Après avoir lu quelques articles de votre blog j'ai décidé de vous écrire pour en savoir plus sur la généalogie successorale. Titulaire d'un master 2 en Histoire j'aimerai faire de la généalogie successorale ma profession. Or, je ne sais pas vraiment comment procéder pour arriver à mes fins. Dois-je tenter des candidatures spontanées ou vers qui m'orienter pour trouver un poste dans un cabinet?
J'espère que vous pourrez répondre à mes questions et je vous en remercie par avance.
Cordialement.
Vincent VERRIERE


Rédigé par : Stéphane Cosson | 4 oct 2006 19:51:22

Bonjour,

A mon avis, vous pouvez rencontrer en premier les généalogistes successoraux de votre secteur pour en savoir un peu plus sur la profession et ses conditions d'exercice.
Vous pouvez aussi envoyer des candidatures spontanées ensuite aux différents sièges des grands cabinets parisiens. Vous risquez peut-être de changer de région. etes-vous prêt à vous déplacer ?

Cordialement,

Stéphane Cosson


Rédigé par : GOTHLAND José Louis | 1 nov 2006 12:01:51

Bonjour,

Depuis juin 2006, je suis titulaire d'un master 1 d'histoire moderne et contemporaine et je viens d'apprendre ces derniers jours que je ne pourrais continuer en Master 2. Ce brusque arrêt de mes études m'oblige à considérer les différentes options professionnelles qui peuvent s'offrir à moi. La généalogie professionnelle peut en être une. l'histoire est ma passion et je ne me voit pas travailler dans un autre domaine. D'après vos descriptions, le métier de généalogiste familial m'attirerait plus, même si selon votre expérience, il parait plus dur.
Pouvez vous m'en dire davantage?

Merci de votre attention


Rédigé par : Stéphane Cosson | 1 nov 2006 18:54:01

Bonjour,

Effectivement, le métier de généalogiste familial est plus dur financièrement parlant car il faut attendre que le bouche-à-oreille devienne effectif pour vraiment en vivre, soit au minimum 3 ans.
Ce que je vous conseille, c'est de réaliser une étude de marché même succincte sur le secteur géographique où vous souhaitez vous installer. Il me paraît indispensable que vous rencontriez les généalogistes déjà installés pour avoir leur opinion.
Si cela vous intéresse, j'ai mené une enquête avec une de mes consoeurs auprès des généalogistes membres de la CGP. Elle coûte 10 € TTC et cela pourrait déjà vous donner une autre approche de la question.

N'hésitez pas si besoin.

Cordialement,

Stéphane Cosson


Rédigé par : GOTHLAND José Louis | 2 nov 2006 17:31:53

Bonjour et merci pour votre réponse.

Je vis dans les environs de Bourg en Bresse (01) et d'après mes informations, les généalogistes professionnels ne courrent pas les rues. Seule une association basée à Bourg en Bresse baptisée REGAIN (recherches et études généalogiques de l'Ain) est spécialisée dans ce domaine. Ils s'agit plutot de généalogistes amateurs à qui l'association fournie une aide dans leurs recherches. Entrer en contact avec eux pourrait me permettre d'en savoir plus. Qu'en pensez vous?

Encore merci.

Cordialement

José Louis Gothland


Rédigé par : Stéphane Cosson | 2 nov 2006 19:06:08

Bonjour,

Vous pouvez contacter de ma part Madame Evelyne Placet qui habite Meximieux et qui est une généalogiste familiale adhérente de la CGP.

Contacter une asssociation d'amateurs ? Pourquoi pas ? Mais à mon avis cela ne va pas vraiment vous donner l'expérience du quotidien d'un professionnel, ce qui est quand même important.

Et surtout, ne vous contentez pas que de votre département. Fixez-vous une zone géographique plutôt de la taille de la région administrative. Sinon, cela ne sera pas viable du tout d'un point de vue économique.

Cordialement,

Stéphane Cosson


Rédigé par : GOTHLAND José Louis | 2 nov 2006 21:55:25

Bosoir,

Je viens d'écrire à Mme Placet selon votre recommandation. Je vais vous décrire exactement mon cursus universitaire. J'ai une licence d'histoire. Lors de ma troisième année, j'ai choisi l'option "Documentation" liée aux recherches en archives et bibliothèques ainsi qu'une formation en paléographie.
J'ai obtenu mon master 1 en réalisant un mémoire sur la ville de Bourg en Bresse pendant 1914-1918. (j'espère pouvoir le publier prochainement)

Pouvez vous me dire quels sont mes points forts et mes points faible face a un tel métier?

Merci

Cordialement.

José Louis Gothland


Rédigé par : Stéphane Cosson | 3 nov 2006 19:09:29

Bonjour,

Répondre ainsi serait bien prétentieux de ma part. De ce fait, je vais plutôt me contenter de poser d'autres questions pour que vous puissiez voir vous-même en partie quels sont vos points forts et points faibles.

Savez-vous vous vendre, vendre vos compétences, vous mettre en valeur (différemment que dasn un CV) ?
Sur quels autres documents avez-vous travaillé ? Quelle période en plus de celle dont vous me parlez ?
Combien de recherches partielles en même temps pouvez-vous mener de front ?
Etes-vous en capacité de déchiffrer un texte du 16e ou du 17e siècle sans trop de difficulté ? Avez-vous fait de la paléographie ?
Que connaissez-vous en généalogie ? Cela vous intéresse-t-il ? Est-ce une passion pour vous ou pas ?

Je crois que ce sont toutes ces question auxquelles il vous faut répondre. Je vais en rajouter une : Etes-vous prêt à travailler trois ans minimum, sans week end et sans vacances ou presque, 72 h /semaine pour au bout du compte pouvoir vivre de ce métier en vous rémunérant d'un SMIC ?

De tout cela, je ne peux répondre à votre place. Mais je peux vous aider à le faire si vous le souhaitez.

Cordialement,

Stéphane Cosson


Rédigé par : stephane | 22 fév 2007 11:45:02

Bonjour, depuis 4 ans j'ai suivi une formation à l'école de notariat d lyon pour devenir se que je suis actuellement clerc de notaire. Aujourd hui, je souhaiterai intégrer une équipe de généalogistes successoraux au service de la "science des famille". Comment faire ???


Rédigé par : Stéphane Cosson | 22 fév 2007 14:54:09

Bonjour,

Ce que je vous conseille, tout simplement, c'est d'envoyer des candidatures spontanées aux grandes études successorales (à leur siège social) pour voir si votre profil les intéresse (l'inverse m'étonnerait).

Cela devrait vous permettre d'acquérir pendant quelques années une formation sur le tas et ensuite, si vous le désirez, pouvoir ouvrir votre propre cabinet en ayant déjà des références.

Cordialement

Stéphane Cosson


Rédigé par : fruchier henri | 15 sep 2007 09:55:32

Bonjour,
La généalogie est ma passion depuis de très nombreuses années et, bien que n'ayant aucun diplome dans ces domaines, je possède une très bonne connaissance de l'histoire ( en particulier celle de la Provence)et de la recherche dans les archives.
Actuellement au chômage et sans grandes perspectives vu mon "grand âge" (50 ans),j'aimerai me lancer dans le métier de généalogiste familial et me spécialiser dans les recherches sur la région PACA (dont je connais déjà trés bien les principaux dépots d'archives).
Il me semble que les généalogistes ne sont pas légions dans le sud-est et que les possibilités pourraient s'avérer ( à la longue, j'en suis bien conscient) interessantes.
Connaitriez-vous des professionels, aux alentours de Marseille, qui pourraient me conseiller?
Je vous remercie d'avance pour votre aide.


Rédigé par : Stéphane Cosson | 15 sep 2007 20:37:34

Bonjour,

A ma connaissance, la personne qui pourrait le mieux vous parler de la profession car l'exerçant sur ce secteur géographique depuis longtemps serait Madame Chantal Cosnay. Elle est assez souvent au CAOM.

A priori c'est la seule sur ce secteur que je vois mais s'il y en a d'autres que je puisse vous conseiller, je vous le dirais.

Cordialement

Stéphane Cosson


Rédigé par : violaine | 6 oct 2007 12:07:22

bonjour,

je suis en 1er année de master et j'aimerai devenir genealogiste quelle formation ou quel diplôme faut-il avoir pour exercer cette profession?

cordialement


Rédigé par : Stéphane Cosson | 6 oct 2007 20:54:56

Bonjour,

Tout dépend quel métier vous souhaitez exercer. Voulez-vous être généalogiste familiale ou successorale ? Dans le cas de la généalogie familiale, la formation est plutôt une formation en histoire. Par contre, le généalogiste successoral est un juriste.

Vous ne me dîtes pas quelle est votre formation : En 1ère année de master mais dans quelle matière ?

Dans les deux cas, les salaires au départ ne sont pas mirobolants. Il vaut mieux le savoir.

Cordialement

Stéphane Cosson


Rédigé par : José Louis | 9 oct 2007 15:51:14

Bonjour, je vous avais contacté il y a un an environ sur la profession de généalogiste professionnel.
Je suis désormais titulaire d'un master 2 d'histoire et j'ai fini mes études universitaires. Je songe fortement à me former entièrement en plus de mes connaissances acquises durant mes 5 années d'études. Deux centres privés de formation en généalogie à distance peuvent me proposer leurs services. l'un se trouve à Blois (Le CLG), et l'autre à Chatou en région Parisienne (IFFG).
Les connaissez vous? si oui, pouvez vous m'en recommander un?

Merci de votre attention.

Cordialement


Rédigé par : Stéphane Cosson | 9 oct 2007 20:10:52

Bonjour,

A ma connaissance, il vaut mieux aller chez Christine Lescène à Blois. Des généalogistes professionnels se sont formés chez elle eet je n'ai eu que des retours positifs.

Cordialement

Stéphane Cosson


Rédigé par : GARCIA Frédéric | 17 oct 2007 09:09:14

Bonjour,
Après 20 ans passés dans l'éducation nationale,j'envisage de travailler à mi temps et l'autre mi-temps en tant que généalogiste familial(spécialisé dans les recherches en Espagne).
Ainsi ,j'aurai au moins un apport d'argent et une issue de secours en cas d'échec.
Je voulais savoir ce que vous pensez de cette initiative?est-elle selon vous judicieuse?
Meri d'avance.
Frédéric
http://gargal.unblog.fr/


Rédigé par : Stéphane Cosson | 17 oct 2007 11:58:19

Bonjour,

L'initiative me paraît heureuse. Toutefois, personnellement, avant de me lancer, je ferais une étude de marché. Y at-til suffisamment de demandes sur l'Espagne en plus de celles actuellement satisfaites par les généalogistes déjà installés sur ce secteur ?
Si la réponse est négative, et si je veux vraiment être généalogiste professionnel, j'envisagerais alors toutes les options de rechange.

Mais bon ce n'est que moi. A vous de voir.

Cordialement

Stéphane Cosson


Rédigé par : GARCIA Frédéric | 17 oct 2007 16:32:06

Merci beaucoup pour vos conseils.
Au sujet de l'étude de marché,je me base sur les nombreuses personnes sur Geneanet qui étaient perdues dans leurs recherches et que j'ai conseillées ,et sur les quelques qui me contactent sur mon blog.
Quant aux généalogistes déjà installés sur ce secteur,sauf erreur de ma part il n'y en a pas beaucoup en France(j'espère ne pas me tromper)qui sont spécialisés dans les recherches en Espagne.
Bonne continuation à vous.
Frédéric GARCIA


Rédigé par : cloitre florie | 9 nov 2007 15:44:55

bonjour, je suis actuellement en master droit notarial et je souhaiterai savoir s'il existait des études de généalogie successorales en bretagne?
A quelle rémunération un généalogiste successoral peut-i prétendre?


Rédigé par : Stéphane Cosson | 11 nov 2007 12:00:28

Bonjour,

Vous pouvez contacter l'étude Bovyn-Deschnick qui se trouve à Rennes ou bien l'étude Guillemot à Lorient.

A ma connaissance, un généalogiste successoral qui débute commence au SMIC. A faire vérifier par les différentes études.

Cordialement

Stéphane Cosson


Rédigé par : Bénédicte | 10 déc 2007 13:27:29

Bonjour Stephane,

Je suis en deuxième année d'ecole de notariat à Tours et je souhaiterai intégrer une étude de généalogie, dans ma région, et plus précisément dans les départements du loir et cher et de l'indre et loire.Comment dois m'y prendre pour travailler dans ce type de cabinet? ou pour connaitre les offres d'emploi dans ce secteur?

merci d'avance!

Bénédicte



Rédigé par : Stéphane Cosson | 10 déc 2007 16:25:11

Bonjour Bénédicte,

Avez-vous contacté les cabinets de généalogie successorale du secteur qui vous intéresse ?

Si vous voulez travailler dans un cabinet de généalogie, si ce cabinet est une étude nationalement connue, vous risquez de ne pas être dans la région qui vous intéresse. Surtout qu'elle me semble quand même relativement restreinte au vu de notre profession. Deux départements, c'est court. Personnellement, je travaille sur neuf avec mon associé. Mais ce n'est qu'une opinion personnelle.

A ma connaissance, il n'y a pas de petites annonces sur ce secteur d'activité. Cela fonctionne beaucoup plus par le bouche-à-oreille et les candidatures spontanées.

Cordialement

Stéphane Cosson


L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.

 

Avertissement: Les informations, textes, images et sons, diffusées via internet par The Social media Group ne sont pas susceptibles, à priori, de contrevenir à la réglementation afférente aux droits d´auteur. Si tel n´était pas le cas, merci de nous le signaler à l´adresse copyright at thesocialmedia point com et nous nous engagerons, sous reserve de la validité de la requête, à effectuer les modifications afférentes dans les plus brefs délais.


Le Blog Généalogie, un site du Social Media Group, réseau de blogs thématiques.