« Travail à la chaîne | Accueil | Quel est le marché de la généalogie ? »

Abondance et gaspillage dans la généalogie

Par Stéphane Cosson le 22 novembre 2009 | (4) Commentaires | Permalink

Ce sont peut-être de fausses interrogations. C'est peut-être une manière de voir différemment mon environnement. Pour le  moment, je ne le sais pas. Ce dont je me rends compte, c'est qu'il y a actuellement abondance dans le domaine de la généalogie. Autrement dit, et cela peut paraître bizarre de l'écrire ainsi, la matière première "généalogie" est devenue gaspillable.

Ce qui me l'a fait réaliser, ce sont quelques paragraphes de Chris Anderson que j'ai grapillé dans son ouvrage sur l'économie du gratuit :

Et plus les produits sont faits d'idées au lieu de matière, plus vite ils peuvent devenir bon marché. C'est la racine de l'abondance qui mène à la gratuité dans le monde numérique, ce qu'on résume aujourd'hui sous l'expression "loi de Moore".

Mais cela ne se limite pas aux produits numériques. Toute industrie dans laquelle l'information devient l'ingrédient principal aura tendance à suivre cette courbe d'apprentissage composée : ses performances progresseront tandis que ses prix baisseront.

Si les transistors (exemple pris par l'auteur pour démontrer la loi de Mead) deviennent trop peu coûteux pour qu'on les compte, alors cessons de les compter et de réfléchir à leur coût. Renonçons à les conserver comme un bien rare et traitons-les comme la fourniture abondante qu'ils sont. Autrement dit, on devrait littérallement se mettre à les gaspiller.

Alan Kay avait compris que le rôle du technologue n'est pas de trouver à quoi peut servir la technologie. C'est de faire qu'elle soit si peu coûteuse, si aisément utilisable, si répandue que n'importe qui puisse l'utiliser, de sorte qu'elle se propage à travers le monde et envahisse toutes les niches possibles. Nous utilisateurs, nous trouverons quoi en faire car nous sommes tous différents.

Ces paragraphes posés un peu au hasard peuvent surprendre. En fait, je me suis dit, en les regroupant, qu'actuellement nous sommes en  complète et totale possibilité de gaspiller les données généalogiques. Entre les associations qui dépouillent et qui mettent sur le net, les Archives qui mettent sur le net, les particuliers qui mettent leurs arbres sur le net, nous avons plétore d'information. Elle ne devient plus rare, comme elle pouvait l'être il y a disons 20 ans. Son coût diminue, d'où à mon avis la raison de ces pétitions qui circulent contre l'exploitation rémunérée de la donnée généalogique.

Par contre, ce qui restera toujours rare, c'est la capacité de chacun de l'exploiter cette donnée généalogique. Et il me semble que c'est là que se situe désormais la véritable question du prix dans le domaine de la généalogie. Parce que nous sommes tous différents, que nous avons tous la possibilité de remplir différemment ce chaudron qu'est la donnée généalogique.

En tant que professionnel, ce que je fais payer, ce n'est pas de l'information généalogique, comme je pouvais le faire à la naissance de ce métier, c'est désormais ma capacité de trouver de nouvelles exploitations de cette donnée, c'est aussi ma capacité de pouvoir la trouver plus rapidement, de posséder les bons outils, les bons réflexes au bon moment. Ce que je peux faire payer ce sont mon expertise et ma créativité à partir de ce matériau brut qu'est la donnée généalogique. Du coup, je peux devenir en quelque sorte de plus en plus ambitieux dans les projets que je peux mettre en place, à m'attachant à des fonctions d'un ordre plus élevé, à de nouveaux marchés.

Nous ne sommes, je crois, qu'au début de l'exploitation de la donnée généalogique abondante. Parce que nous n'avons de seule limite que notre imagination.



Commentaires

Rédigé par : Blanc | 26 nov 2009 11:30:44

Stéphane,

Je ne pense pas que l'on puisse comparer une généalogie à un produit de consommation, même représenté par une technologie de ponte.


Ce n'est pas un produit jetable que l'on change tous les cinq ans car obsolète technologiquement ou parce qu'il ne fonctionne plus.

Une généalogie est unique et valable éternellement et peut importe l'évolution de son mode de représentation.

Son prix est à la mesure des compétences du généalogiste, de sa connaissance des archives, de la façon dont il en fera un document patrimonial son client etc.


J. Blanc

http://jerome.blanc3.perso.sfr.fr



Rédigé par : Stéphane Cosson | 26 nov 2009 17:30:03

Attention, je ne parle pas de la généalogie entendue comme arbre généalogique. Je parle de la donnée généalogique, de l'information généalogique.

Si l'on compare la situation sur 25 ans, il y a eu beaucoup de changements. Pour n'en citer que quelques uns, le microfilmage Mormon, les dépouillements associatifs et leur mise en vente par le biais de SWIC, la mise en ligne des arbres des particulers par le biais de Geneanet, la mise en ligne des fonds numérisés des Archives. Je crois que ce mouvement est exponentiel et ne pourra pas s'arrêter, même si des changements se produisent du point de vue des sociétés commerciales.

Ce qui fait qu'il existe beaucoup plus de données généalogiques disponibles actuellement, gratuitement ou presque, qu'il n'en existait il n'y a ne serait-ce que 5 ans.

La généalogie d'une personne est toujours unique. Les données de plus de 75 ans qui la composent appartiennent à plusieurs personnes. Je ne confonds pas les deux.

Le coût d'une donnée généalogique et le coût de la recherche d'une généalogie ne sont pas les mêmes. Je vends une donnée déjà connue 80 centimes par le biais de Geneanet, la recherche d'une donnée inédite 30 € de l'heure. 80 centimes se gaspillent plus facilement que 30 €.

Vois-tu la différence ?

En tant que professionnel, ce que je fais payer, ce n'est pas de l'information généalogique, comme je pouvais le faire à la naissance de ce métier, c'est désormais ma capacité de trouver de nouvelles exploitations de cette donnée, c'est aussi ma capacité de pouvoir la trouver plus rapidement, de posséder les bons outils, les bons réflexes au bon moment. Ce que je vends de plus en plus, c'est mon expertise et ma compétence.


Rédigé par : Blanc | 26 nov 2009 18:19:40

Stéphane,

Une information généalogique n'est pas une idée, ni une technique, mais de la matière en reprenant les mots de Chris Anderson et que tu utilises dans ta réflexion concenrant les données généalogiques.

Et pour trouver cette matière, il faut un savoir-faire, ce que nous vendons, nous généalogiste, d'autant que tout le monde a accès à l'information en allant dans les archives et sur internet, maintenant.

Jérôme Blanc


Rédigé par : Stéphane Cosson | 26 nov 2009 19:34:21

Jérôme,

Tu le dis toi-même : tout le monde a accès à l'information en allant dans les archives et sur Internet maintenant. Cette information-là, un acte de naissance, de mariage ou de décès, ce n'est plus cela que nous vendons, ce n'est plus l'expertise pour retrouver cela que nous vendons. Les généalogistes amateurs n'ont plus besoin, ou presque plus besoin, de nous pour aller la chercher. C'est en ce sens-là qu'elle est gaspillable car abondante sous forme de bits et parce que c'est de la technique basique.

Aligner des noms avec des dates de BMS, cela ne m'intéresse pas. Ce n'est pas notre métier. Notre expertise n'est plus là.

Notre expertise elle passe par notre formation, notre savoir-faire pour aller chercher et lire d'autres documents vers lesquels les amateurs ne vont pas. Pour démêler les noeuds gordiens qu'ils peuvent rencontrer.

Cette information basique, cette matière abondante, que peux-tu créer d'innovant à partir d'elle, en l'oubliant, en t'en servant comme d'un matériau malléable ? Pour moi, notre expertise est aussi là.


L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.

 

Avertissement: Les informations, textes, images et sons, diffusées via internet par The Social media Group ne sont pas susceptibles, à priori, de contrevenir à la réglementation afférente aux droits d´auteur. Si tel n´était pas le cas, merci de nous le signaler à l´adresse copyright at thesocialmedia point com et nous nous engagerons, sous reserve de la validité de la requête, à effectuer les modifications afférentes dans les plus brefs délais.


Le Blog Généalogie, un site du Social Media Group, réseau de blogs thématiques.