« Valorisation des heures | Accueil | Abondance et gaspillage dans la généalogie »

Travail à la chaîne

Par Stéphane Cosson le 20 novembre 2009 | (6) Commentaires | Permalink

Vous pensiez que le travail à la chaîne n'était réservé qu'aux usines, aux voitures et autres ? Pas du tout !

En fait, cela marche aussi pour les prestations intellectuelles. Je m'en aperçois depuis quelques jours.

En fait, trève de plaisanterie, il s'agit d'une commande qui vient de m'être passée. Un monsieur m'a demandé de lui faire de la paléographie, ce qui est dans mes cordes. Je savais qu'il y avait environ 180 pages à transcrire et j'avais fait un devis en conséquence. Ce qui m'a fait penser au travail à la chaîne, c'est le calendrier demandé par ce client : le plus gros document (116 pages à transcrire) avant le 5 décembre et les autres avant la Noël. Heureusement qu'il s'agit de textes que je lis très bien.

Mais quand vous avez passé des heures devant vos écrans à lire le document sur l'un tout en le tapant au fur et à mesure que vous lisez en vérifiant votre frappe sur un autre écran, vous vous dites que quand la fin de la journée arrive, vous l'avez bien méritée.

Bon, je vais relativement vite : 4 pages 1/3 transcrites à l'heure. Mais quand même ! Heureusement aussi, je connais mon clavier et je frappe relativement vite. Mais au bout d'un moment, j'ai vraiment l'impression de faire de l'abbattage. Du coup, pour aller contre cette impression, pour ne pas être le Chaplin des temps généalogiques, dans ma tête, je suis en train de faire l'arbre de la famille en fonction des éléments que je trouve. Et heureusement c'est une famille bourgeoise intéressante de ce point de vue.



Commentaires

Rédigé par : mistike | 20 nov 2009 18:51:26

Bonjour ! Quel courage ! Une petite question, quand vous retranscrivez des documents anciens, comme ça, conservez-vous strictement l'ortographe originale ?


Rédigé par : Pierre-Valéry Archassal | 21 nov 2009 01:04:49

@ Stéphane : bravo, je t'admire pour ta persévérance, la paléographie est un de mes dadas depuis bientôt 30 ans, tu le sais, mais j'accepte assez peu de contraintes en la matière. Je préfère les challenges ! Et tu sais que si je peux t'accompagner dans des transcriptions, n'hésite pas à me solliciter.

@ Mistike : c'est toute la différence entre transcription et traduction ! la paléographie est un art de transcription d'un texte ancien écrit de manière peu accessible en un texte écrit de manière lisible par tout un chacun. Aucune lettre ne doit être changée, aucune faute corrigée ; il y a des codes pour transcrire les abréviations, d'autres pour les notes tironiennes...
L'exercice de traduction, qui consisterait en une interprétation du texte ancien après lecture pour le rendre plus intelligible est tout autre !


Rédigé par : Stéphane Cosson | 21 nov 2009 10:48:55

Effectivement là, il s'agit d'une transcription intégrale. Donc je ne change absolument rien de l'original. Je rajoute juste la ponctuation et je remets à leur place les majuscules. Mais je ne change rien à l'orthographe.

Par contre, je propose aussi une autre prestation, c'est ce que j'appelle "résumer un texte". En fait, j'enlève de ma transcription tout ce qui est vocabulaire juridique pour ne garder que la substantifique moelle, les données essentielles. Cela a un autre coût bien évidemment.

C'est quelque chose que je propose parce que je me suis rendu compte que seules souvent ces données essentielles intéressaient les personnes qui me demandaient une transcription.

Je propose toujours les deux : à mon client de choisir quelle option il préfère.


Rédigé par : mistike | 21 nov 2009 18:14:03

Merci pour ces précisions !


Rédigé par : French Roots Genealogy | 22 déc 2009 10:38:58

En anglais on appelle ces résumés des 'abstracts". C'est un terme très utilisé dans le monde des publications scientifiques.

Mais je fais toujours la transcription totale avant d'en extraire l'essentiel. Faites-vous le condensé directement? Si c’est le cas, cela coûte-il au client moins que la transcription intégrale?

Kathryn


Rédigé par : Stéphane Cosson | 22 déc 2009 11:34:52

Personnellement, je fais le condensé directement. Quand je lis le document, plutôt que de tout noter avec les formules juridiques, je ne prends que l'essentiel. Ce qui me donne quelque chose comme cela au final :

Archives Départementales de l’Aveyron
3 J 2
Me Jean Cavallier, notaire de Pousthomy
Folio 8

CM le 24.01.1636 de Barthélémy Condomines, maître tissandier, habitant La Claparède paroisse Saint Crépin consulat de Laval-Roquecézière, avec Marguerite Raou, fille de + Pierre Raou, tissandier, et de Catherine Rouquette, habitant La Verdole paroisse de Roquecézière.

Dot de l’épouse :
La moitié de tous et chacun des biens.
Vivra à même pot et même feu avec sa mère.

Dot de l’époux :
60 livres.

Augment : 20 livres.
Contre-augment : 10 livres.

Témoins :
Pierre Cavallier
Pierre Cabrol
André Raou, habitant Labastide
Olivier Raou, habitant Pousthomy
Jean Condomines, habitant La Loubière
Pierre Condomines, habitant La Claparède

Pour ce qui est du coût, deux solutions :
Soit mon client me donne déjà les cotes et me demande de lire à sa place et cela lui coûte moins cher qu'une transcription. Le minimum facturé est d'une heure, l'intérêt pour lui est qu'il m'en envoie toute une liste et là je les compte à l'acte.
Soit ce sont des abstracts que je lui fais au cours de recherches plus importantes et ils sont comptés dans la globalité. Je ne lui fais pas de tarif spécifique.

Stéphane


L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.

 

Avertissement: Les informations, textes, images et sons, diffusées via internet par The Social media Group ne sont pas susceptibles, à priori, de contrevenir à la réglementation afférente aux droits d´auteur. Si tel n´était pas le cas, merci de nous le signaler à l´adresse copyright at thesocialmedia point com et nous nous engagerons, sous reserve de la validité de la requête, à effectuer les modifications afférentes dans les plus brefs délais.


Le Blog Généalogie, un site du Social Media Group, réseau de blogs thématiques.