« Généalogie baroque | Accueil | Travail à la chaîne »

Valorisation des heures

Par Stéphane Cosson le 18 novembre 2009 | (6) Commentaires | Permalink

Je vous en ai déjà parlé : actuellement, je suis en train de me faire accompagner par ma Chambre de Commerce pour lever le nez du guidon, analyser mon activité dans tous les sens afin de voir quelles améliorations je peux y apporter. Et puis aussi parce que de temps en temps cela fait du bien de se poser.

Une question, que je ne m'étais jamais posée,  est ressortie de la dernière séance : La valorisation des heures. En tant que généalogiste, est-ce que je valorise toutes les heures que je travaille ou bien est-ce que j'en oublie ? Si j'en oublie, quelles sont les masses horaires que j'oublie ? Pourquoi est-ce que je les oublie ? Qu'est-ce qui fait que ces heures-là, qui sont peut-être importantes, je les oublie ? Quelle est aussi la pratique des confrères à ce sujet (Cela, je pourrais le déterminer avec les factures qu'ils m'ont faites. Ce ne sera pas exhaustif mais ce sera mieux que rien) ?

La question toujours sous-jacente : en tant que profession libérale, est-ce que je fais payer ma prestation intellectuelle à son juste prix ?

La personne qui me suit me l'a dit : il y a toujours des heures qu'il est impossible de valoriser mais elles sont toujours minimes. Est-ce le cas dans ma pratique professionnelle ?

Deuxième question sous-jacente : comment être le plus pédagogue possible pour expliquer au client mon travail et lui faire payer le plus possible d'heures justifiées ?  Il ne s'agit pas de l'entuber. Il s'agit d'être pédagogue, d'expliquer le plus possible le travail pour que tout le monde y soit gagnant. Je ne suis pas sûr que mes clients aient une vision parfaitement claire du travail d'un professionnel. Une des solutions, que je vais mettre en pratique, qui prendra un peu de temps au départ, va être de noter tous les jours toutes les tâches que j'effectue. Pour pouvoir comparer le temps que je passe effectivement au travail et le temps que je valorise dans ma facturation. A mon avis, il va y avoir des surprises. Peut-être pas agréables.



Commentaires

Rédigé par : HélèneSoula | 18 nov 2009 19:55:21

Qu'entendez-vous exactement par heures valorisées (ou non...) ? du temps de travail proprement dit sur un dossier, du travail qu'on pourrait qualifier de connexe (les heures passées à s'informer, par exemple) ? autre ?

Par ailleurs, si je puis dire, les Franciliens qui s'intéressent au métier de généalogiste peuvent assister à une conférence de Jérôme Malhache sur le sujet. Elle a lieu ce vendredi 20/11 à 17 h 30. http://www.idf-genealogie.org/article-genealogie-a-argenteuil-un-an-apres-le-salon-international-37720119.html


Rédigé par : Stéphane Cosson | 19 nov 2009 08:59:08

J'ai fait un petit calcul hier soir à ce sujet sur ma facturation de l'année. Pour le moment, je ne compte dans mes factures que le temps que je passe aux Archives pour mes clients. Ce sont les seules heures que je valorise, si je puis dire.
De même, si je dois me déplacer, je compte des frais kilométriques de déplacement.
Les quelques factures que j'ai de confrères sont identiques aux miennes.

Mais...

Huit heures de recherche en Archives, c'est du temps de synthèse derrière pour présenter correctement les résultats au client avant de les lui envoyer. Suivant si les recherches ont été bonnes ou pas, cela va de 1 h à 3 h de rédaction. Ce temps de synthèse n'est pas facturé. Selon la Chambre de Commerce, il devrait l'être. Parce que ce temps de synthèse est nécessaire et obligatoire.

S'il y a déplacement, il y a donc du temps de conduite. C'est du temps pendant lequel je ne peux faire autre chose, qui est consacré au client exclusivement. Soit de 2 h à 5 h de conduite AR suivant les dépôts où je vais. Les déplacements, ce ne sont pas que des frais kilométriques pour amortir l'usure de la voiture. Selon la Chambre de Commerce, ce temps de conduite devrait être aussi valorisé, donc facturé au client.

Par contre, le temps consacré à me maintenir à niveau (les heures passées à m'informer), elles ne sont pas valorisables. Puisque c'est du temps que je me consacre, pas que je consacre à mes clients.

Si je facturais tout le temps que je consacrais à mes clients, si je valorisais toutes mes heures pour les clients, pas seulement le temps de recherche dans les salles d'Archives, cela représenterait 1000 € HT de facturation en plus par mois. La somme n'est pas négligeable. Elle mérite, je crois, que l'on se pose la question. Qu'en pensez-vous ?


Rédigé par : HélèneSoula | 19 nov 2009 16:08:32

Pour moi, la question ne se pose pas : il est tout simplement évident que le temps de conduite ou de synthèse doit figurer sur la facture. Car ce temps consacré à vos clients fait partie intégrante du service que vous leur rendez et de ce que vous leur apportez.

Je suppose que celles et ceux qui font appel à vous en tant que professionnel trouveront cela évident aussi, ou du moins le comprendront-ils aisément.

Peut-être même certains lecteurs de ce blog sont-ils surpris d'apprendre que ce temps n'est actuellement pas facturé ?


Rédigé par : Pierre-Valéry Archassal | 20 nov 2009 01:40:49

Stéphane,
Tu as raison, c'est une question essentielle !
Il y a quelques temps, dans mon entreprise, chaque salarié travaillait sur des dossiers clients sans qu'on puisse faire une relation entre devis et facturation. Les devis étaient des estimations approximatives mais la facture ne correspondait jamais au temps réellement passé : parfois à nos dépends, parfois à notre avantage...
Mon Webmaster a inventé un système où chacun indique maintenant ce qu'il fait à chaque moment de la journée : une demi-heure à parler au téléphone avec un client, deux heures de rédaction, une demi-journée de recherches...
Et l'outil, loin d'être un instrument de "flicage" a fait apparaître des évidences pour la "valorisation des heures".
Aujourd'hui, non seulement on optimise notre temps, mais en plus on est capable d'expliquer au client pourquoi on lui facture N heures pour un dossier !
Je te conseille donc cette solution de décomposer ta journée, chaque soir, en reprenant les heures travaillées, et en les décomposant en tâches pour différents clients...


Rédigé par : Stéphane Cosson | 20 nov 2009 09:34:48

Merci, Pierre-Valéry,

C'est effectivement ce que je suis en train de faire car c'est la solution préconisée aussi par ma Chambre de Commerce.

Déjà, le simple fait de reprendre mes factures de l'année les unes après les autres, de compter pour chaque facture temps de conduite et temps de synthèse, a fait apparaître une évidence : environ la moitié du temps passé pour les clients n'était pas facturée.

De même, le simple fait de compter la paléographie à la page plutôt qu'à l'heure a démontré qu'environ deux tiers du temps passé n'étaient pas comptés. Et pourtant j'applique les tarifs utilisés par les autres paléographes.

Intéressant, non ? Une nouvelle perception du métier est en train de faire jour en moi, de ce fait.

Plutôt que de le faire en fin de journée, je préfère le faire au fur et à mesure. Cela me prend trente secondes à chaque fois et cela me semble plus précis.


Rédigé par : Stéphane Cosson | 20 nov 2009 09:42:59

Pour répondre à Hélène,

Une question que je me pose, peut-être inutilement, peut-être pas : Est-ce que les généalogistes amateurs seront prêts à payer le véritable prix de la prestation ? Ils sont tellement habitués, depuis que le métier existe, à payer un autre prix.

Mon suivi par la Chambre de Commerce m'a fait percer à jour que je ne valorisais pas suffisamment, du point de vue financier, mes diplômes en histoire, en techniques d'archives et de documentation, en ethnologie de la famille, en sociologie.

De même, par rapport au prix moyen utilisé par les généalogistes qui publient, j'ai un prix inférieur. De ce fait, à partir du premier janvier, je passe à 36 € de l'heure TTC. Au lieu de 30 € TTC.

Si je compte toutes les heures, sans compter les frais de déplacement, cela va être des prestations mensuelles à 468 € TTC. Au lieu de 288 € si je ne comptais que les heures de recherche pour une journée complète comme je le faisais maintenant. Pour 36 € de l'heure.

Sont-ils prêts à cela ? Je ne le sais pas.


L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.

 

Avertissement: Les informations, textes, images et sons, diffusées via internet par The Social media Group ne sont pas susceptibles, à priori, de contrevenir à la réglementation afférente aux droits d´auteur. Si tel n´était pas le cas, merci de nous le signaler à l´adresse copyright at thesocialmedia point com et nous nous engagerons, sous reserve de la validité de la requête, à effectuer les modifications afférentes dans les plus brefs délais.


Le Blog Généalogie, un site du Social Media Group, réseau de blogs thématiques.