« Les forfaits en généalogie | Accueil | Pour répondre à René Borg »

Les inscriptions sont ouvertes !

Par Stéphane Cosson le 11 octobre 2011 | (28) Commentaires | Permalink

Les inscriptions pour le Diplôme d'Université de Généalogie à Nîmes sont ouvertes ! Une université dans un ancien Fort Vauban, une équipe de 5 professeurs sympas comme tout qui vont vous chouchouter, vous dorloter, s'occuper de vous avec soin, que demander de plus ? Franchement ! Vous n'avez que jusqu'à la fin du mois d'octobre pour vous inscrire.

Pour vous donner l'eau à la bouche, voici en quelques mots (ou presque) le programme.

Bases et méthodes de l'histoire moderne :

Ce cours a pour objet de fixer clairement la chronologie de l'histoire de France et de l'histoire européenne modernes de la fin du XVe à la veille de la Révolution française. Il s'agira de voir comment l'Ancien Régime repose, notamment en France, sur un système politique dans lequel la construction de l'absolutisme supplante peu à peu l'Etat féodal. Par ailleurs la naissance de l'économie monde, symptomatique de la modernité, est envisagée des grandes découvertes au commerce international et maritime du XVIIIe siècle. Dans le domaine religieux, la crise profonde que traverse le christianisme à la fin du Moyen Age suscite l'apparition des réformes catholique et protestante, doublée des guerres de Religion. Seront abordées également les permanences et les mutations sociales, en particulier celles qui affectent la société traditionnelle d'ordre et de corps avant que ne s'annonce la société de classe. Seront évoqués enfin les grands courants intellectuels et culturels, de l'humanisme aux Lumières.

Généalogie :

Donner  une connaissance des nombreuses sources historiques utiles à la réalisation d'une étude généalogique. Où sont les sources ? Sont-elles disponibles et consultables ? Comment trouver des informations complémentaires nécessaires lorsque des documents sont non communicables ?

Ce module comprend une partie théorique et une partie pratique, à Nîmes et à la maison (si l'on peut dire). Parce que la théorie c'est bien beau, mais c'est mieux quand on met les mains dans le camboui. Préparez vos salopettes !

Droit des familles :

Ce cours aborde deux thèmes : le mariage et la filiation (de Rome au XXe siècle). Pour chaque époque seront abordés, pour le mariage la formation du lien, sa dissolution et  ses suites (les régimes matrimoniaux divers et variés). Seront également vues les différentes filaitions ainsi que les conditions juridiques de leur établissement et leurs effets.

Héraldique :

Après avoir défini celle-ci, présenté son lexique, les règles et principes du blason, seront rappelés l'origine, l'apparition et la diffusion des armoiries, les fonctions des hérauts d'armes et les armoriaux, la symbolique. A partir d'exemples concrets seront vues les étapes de leur identification, leur place dans une enquête généalogique et les enjeux pour un généalogiste.

Anthroponymie :

Ces dernières années les chercheurs se sont interrogés sur cet aspect assez peu évoqué du domaine de la parenté. Un vaste champ de recherche trop peu étudié jusque là. Pourtant, les sources historiques associées à la reconstitution de généalogies permettent d'envisager de nouvelles hypothèses concernant la genèse de l'anthroponymie moderne, les conceptions de la parenté et la place dévolue à la structure familiale durant la période médiévale.

Paléographie :

Vous pensiez pouvoir y échapper ? Que nenni ! Cela aurait été trop beau ! Arrivés aux abords des XVIIe et XVIe , les généalogistes découvrent des textes, en français, mais "indéchiffrables". A la fin, ils vous sembleront moins indéchiffrables, plus abordables.

20 places sont ouvertes, seulement 20 ! Alors à vos claviers pour demander votre inscription à l'Université de Nîmes ! Maintenant !



Commentaires

Rédigé par : Cyril Davy | 12 oct 2011 10:09:03

Bonjour
Je suis depuis quelques semaines votre blog et lis avec avidité vos différents posts.
La formation dont vous parlez, malgré son intérêt évident, se déroule à Nimes les vendredi et samedi matin, ce qui est clairement impossible pour moi (habitant en région parisienne).
Avez-vous éventuellement d'autres formations à conseiller ? J'ai notamment vu celle-ci http://www.formation-genealogie.info/
Merci par avance et encore bravo pour votre blog !
Cyril Davy


Rédigé par : Stéphane Cosson | 12 oct 2011 11:47:33

Bonjour,

Pourquoi clairement impossible ? Des gens viennent de partout, du moins c'était le cas dans les deux premières promotions. Et vous avez des TGV qui s'arrêtent en gare de Nîmes. Je crois que c'est juste une question de motivation, sans vouloir apporter de jugement de valeur.

Pour ce qui est de formation-genealogie, elle se déroulerait à Auch (que je sache, les cours pour le côté familial ne sont pas encore prêts et les cours de généalogiste successoral se font à Corte). Est-ce plus prêt que Nîmes ? Je n'en suis pas si sûr.

Vous avez bien une formation à Blois mais le tarif ne sera pas du tout le même. C'est certes plus prêt de Paris, mais Nîmes vous coûtera 900 € de droits d'inscription seulement et est un diplôme d'université. Pas Blois. Regardez le montant que vous coûtera Blois (CLG formation) et comparez.

Quelles sont vos motivations ?
Merci en tout cas pour vos bravos.

Stéphane Cosson


Rédigé par : Cyril Davy | 12 oct 2011 11:58:45

Merci pour votre réponse.

Ca me paraît impossible, au vu du trajet (et des coûts que ça engendre) et aussi rapport à ma femme et mes enfants.

En ce qui concerne ma motivation, elle est grande. Le but est de me perfectionner (sources de recherche, méthodologie, etc) afin de franchir le pas et de devenir généalogiste professionnel.

Effectivement, il y a une différence de prix. Elle me permettrait peut-être de suivre des cours par correspondance.

Mais ma réflexion n'est pas encore terminée.

Cyril Davy


Rédigé par : Stéphane Cosson | 12 oct 2011 16:20:20

Pour ce qui est des trajets (et des coûts que cela engendre), une personne à Nîmes s'occupe de cela : vous aider à trouver des financements pour que cela ne vous coûte pas trop cher. Elle a été formée pour cela. Ne pas hésiter à l'interroger.

Ensuite, certes, c'est en fin de semaine. Mais cela a été choisi ainsi pour que les gens qui travaillent puissent la suivre. Pour ce qui est des weeks-ends, il est vrai que cela demande 6 mois de sacrifice. Mais je crois que si c'est pour obtenir derrière du mieux, le sacrifice en vaut la peine.

Les cours par correspondance ? Cela me paraît difficile qu'il y ait une bonne transmission sans du face à face. Nous sommes vraiment dans de la transmission de pratiques. On n'apprend pas à jouer au tennis en lisant un livre sur le sujet mais en jouant, si je puis me permettre la comparaison. Je suis en train de préparer une note sur ce thème de la transmission des connaissances en généalogie.

Bonne continuation dans votre réflexion.


Rédigé par : Cyril Davy | 12 oct 2011 16:28:15

Nous sommes d'accord, la transmission, depuis des générations et des générations, se fait toujours mieux en face à face, par la parole.

A suivre...


Rédigé par : Domenech | 22 oct 2011 15:57:17

Bonjour,
L'an passé une personne de mon groupe était de Paris. Elle prenait le tgv elle en avait pour 2h40, moi pour Chambéry 3h15 et que dire du collègue de Nantes 6h !
Bien cordialement.
Pascal


Rédigé par : Stéphane Cosson | 22 oct 2011 16:17:58

Bonjour,

Merci Pascal pour votre témoignage. Vous montrez bien que peu importe les heures de train, seule compte la motivation.

Il en est de même pour les professeurs, ce n'est pas propre qu'aux étudiants, je vous rassure.

A partir de l'an prochain, je remplace David Mataix en tant que prof de généalogie : 3 h 30 pour pouvoir venir enseigner ma pratique généalogique. Et j'y vais les yeux fermés, sans me poser aucune autre question, que ma motivation.

Bien cordialement

Stéphane Cosson


Rédigé par : Domenech | 22 oct 2011 16:20:59

Pour le logement, au début je logeais à l'hôtel 41 euro par nuit, plus 7 euro de petit déjeuner et 2 repas du soir à 15 euro. Et puis nous avons appris qu'il existait un autre moyen de logement à la maison diocésaine, 14 euro la nuit petit déjeuner 4 euro et possibilité de faire sa cuisine dans une salle équipée, d'un four, d'un micro-ondes, d'un frigo.


Rédigé par : Stéphane Cosson | 23 oct 2011 09:30:21

Merci beaucoup pour l'information concernant la maison diocésaine. Je ne connais pas encore l'emploi du temps, beaucoup trop tôt pour cela, mais c'est une information à garder sous le coude.
Merci encore !


Rédigé par : Isabelle | 25 oct 2011 12:17:40

Quel programme alléchant : tout pour repartir avec les bases solides de tout bon généalogiste et porter un regard approfondi sur la pratique généalogique.
Reste-t'il des places ?
Isabelle
www.geneoweb.org


Rédigé par : Stéphane Cosson | 25 oct 2011 18:26:49

Personnellement, je ne peux pas vous dire. Mais contactez pour cela Sandrine Peizerat au 04 66 36 46 13 ou à l'adresse e-mail suivante : [email protected]
Elle pourra mieux vous renseigner que moi à ce sujet.
Cordialement,
Stéphane Cosson


Rédigé par : AGUTTE Evelyne | 29 oct 2011 09:00:10

Bonjour,
J'ai eu connaissance de ces cours, car je vis à Nîmes, mais ce qui est décevant, c'est de constater qu'ils sont réservés à une certaine catégorie : exigence d'un diplôme universitaire, et coût !!!! Je suis retraitée, je n'ai pas mon bac, cela ne m'empêche pas de faire mon arbre depuis plus de 15 ans. Cordialement, Evelyne AGUTTE


Rédigé par : Serrat | 29 oct 2011 12:27:24

bonjour,

j'ai eu aussi connaissance de ces cours mais pourquoi sélectionner les etudiants UNIQUEMENT sur leurs diplomes universitaires et non sur leur capacité au niveau des recherches genealogiques. je suis aussi dans le cas de la personne précédente, je n'ai pas de diplome universitaire mais nous, autodidactes, nous sommes capables de suivre ces cours puisque "monter" un arbre genealogique implique des recherches historiques et beaucoup de patience et de culture generale et surtout de la motivation..
cordialement
Anne


Rédigé par : ruin | 29 oct 2011 13:31:37

c'est pareil pour moi, je suis retraitée et je n'ai pas le bac: j'habite dans la Marne à Reims; sans voiture et permis de conduire, je ne peux me rendre à vos cours: dommage! Je vous remercie par avance, pour me proposer une autre solution; cordialement vôtre: M. Ruin


Rédigé par : Dujardin | 29 oct 2011 14:30:41

Ce type de formation n'existe pas à ma connaissance en Belgique.Il n'y a pas de titre de généalogiste.
J'ai une licence d'histoire (Université de Bruxelles) et une agrégation. J'ai eu un cours de paléographie.
Je regrette de ne pouvoir obtenir ce genre de formation en Belgique.


Rédigé par : vanessa | 29 oct 2011 16:56:30

les cours commenceraient quand ?


Rédigé par : Stéphane Cosson | 30 oct 2011 08:57:57

Bonjour,

Je vais poser la question à la responsable de la formation parce qu'il ne me semblait pas qu'un diplôme universitaire soit nécessaire. Le but étant d'ouvrir le DU aux généalogistes amateurs.

Que je sache, les étudiants sont de deux catégories :
1/les généalogistes amateurs
2/les étudiants d'histoire qui veulent apporter un plus à leur CV. Et là, le dernier diplôme universitaire est important puisqu'ils sont toujours dans ce cursus.

Je vérifie pour les généalogistes amateurs ce qu'il en est et je vous tiens au courant.

L'université est à un quart d'heure de la gare de Nîmes à pied. Si Ruin vous pouvez faire le trajet en train depuis Reims. Ne pas avoir le permis ne pose aucun problème.

Pour ce qui est du coût, il est de 900 € l'année. Ce n'est pas si cher par rapport à d'autres formations. Comparez !

Monsieur Dujardin, pourquoi ne pas venir même si cela vous fait loin ? Je suis sûr que l'on devrait pouvoir trouver des solutions financières pour que cela vous coûte moins.

Les cours commenceront en janvier.

Cordialement,
Stéphane Cosson


Rédigé par : 11sophie | 30 oct 2011 10:24:41

Bonjour,

J'ai suivi les cours dès la première cession sur Nîmes et je m'en félicite de plus en plus et tous les jours.
J'ai 3 enfants, un emploi à 80 % et habite à 200 kms.
Il est vrai que j'ai fait des sacrifices car cela fut une année surchargée. Mais jamais je ne regretterais mon choix. Et tout le monde si est mis. Mon mari, mes enfants, le boulot où j'ai pu modifier mon emploi du temps.
Cela m'a permis de me perfectionner, d'apprendre, de me remettre aux études, et des rencontrer des personnes formidables autant au niveau professeurs, que les élèves. Je suis toujours en contact avec David Mataix notre prof de généalogie. Donc je suis ravis de faire votre connaissance Monsieur COSSON.
Oui c'est vrai que cela a un coût (inscription, trains, logement (je vous conseille les Maisons diocésaines de Nîmes peut chères 15 € la nuit avec carte etudiant,très bon accueil, et on peut réservé les repas pour un prix modique)mais quand on aime, on ne compte pas.
J'ai hésité aussi au debut, car cela me changeait radicalement mon mode de vie, et n'ayant jamais laissé mes enfants, et mon mari, j'ai complexé beaucoup.Mais il faut le faire car cela m'a beaucoup apporté autant dans mes connaissances historiques, que sur le plan familial.
Je vous encourage tous du fond du coeur.

Sophie


Rédigé par : vanessa | 30 oct 2011 12:45:11

les inscriptions étaient ouvertes jusqu'au 28 octobre, malheureusement.:(


Rédigé par : Stéphane Cosson | 30 oct 2011 19:33:58

Désolé Vanessa ! L'année prochaine peut-être ?

Sinon, je suis en train de réfléchir pour leur faire des propositions, l'ouvrir peut-être autrement. A voir si cela pourra se faire ou pas, car là ce n'est pas moi qui décide. Mais proposer ne coûte rien par contre. J'ai déjà prévenu l'université que je serais un trublion, un râleur, un emmerdeur, un libre penseur... Montrons-le donc ! Wait and see.

Merci Sophie pour votre témoignage. Décidément, les anciens ont adoré leur année et interviennent pour le dire, le clamer haut et fort, encourager les petits nouveaux qui hésitent, ou alors je ne m'y connais pas !


Rédigé par : françoise milhorat | 31 oct 2011 12:59:50

Bonjour,
Cette formation me semble bien intéressante, peut-on la suivre en formation continue en même temps que sa profession, et financée par une collectivité ?
cordialement, Françoise.


Rédigé par : Serrat Anne | 31 oct 2011 13:42:19

bonjour,

si un DU n'est pas nécessaire, je suis "partante" l'année prochaine pour cette formation. J'habite à coté de Nice mais passer deux jours à Nimes ne devrait pas me poser de problémes.car , comme le souligner Mr Stéphane Crosson, quand on aime, on fait ce qu'il faut!!car la motivation et l'envie sont là
cdt Anne


Rédigé par : Stéphane Cosson | 31 oct 2011 16:57:36

A Françoise Milhorat :

Pour ce qui est de la formation continue, je ne suis pas spécialiste de la question. Mais posez-là à Sandrine Peizerat, dont le numéro est dans un de mes commentaires plus haut. Elle devrait pouvoir vous renseigner beaucoup mieux que moi.

A Anne Serrat :

J'ai demandé à Madame Isabelle Ortega, la responsable du diplôme, s'il était nécessaire d'avoir un diplôme de l'université ou un bac pour pouvoir entrer dans la formation quand le candidat est un généalogiste amateur ou s'il existait d'autres critères comme la durée d'exercice dans cette pratique, la motivation... J'attends sa réponse. Je crois qu'elle est nécessaire pour qu'il n'y ait pas de malentendu.

Cordialement,

Stéphane Cosson


Rédigé par : Stéphane Cosson | 1 nov 2011 09:39:57

Voici la réponse que m'a faite Isabelle Ortega, la responsable du diplôme (je lui avais transmis une copie de vos commentaires pour ne pas déformer vos paroles) :

Pour tous ceux qui la contactent, elle répond qu'ils examinent aussi, dans le cadre d'une VAE (validation d'acquis et d'expérience) leur expérience personnelle dans le domaine de la généalogie.
Mais il est vrai que l'an dernier, les précédents étudiants lui ont demandé de sélectionner ceux qui manient l'outil informatique, car il y avait un vrai fossé entre ceux qui s'en servent et les autres, qu'il faut constamment aider...

Vous voyez la situation est complexe... Mais si je reformule correctement ses propos, l'expérience en généalogie est tout aussi importante que le diplôme. Grâce à la VAE, cette barrière du diplôme, qui vous paraissait infrachissable, est allègrement passée. Les connaissances en informatique sont vraiment un plus. Mais... Si vous savez manier le traitement de texte et un logiciel de généalogie, vous me semblez être dans la norme. Bon d'accord, ce ne sera jamais comme ceux qu'on appelle les digital native, c'est-à-dire ceux qui sont nés alors que l'informatique existait déjà et qui n'ont jamais connu autre chose. Mais je ne crois pas que l'on vous en demande autant.

Quant au coût, il faut préciser que le DU est un diplôme qui s'autofinance, donc les inscriptions permettent de payer les enseignants.

Enfin, pour ce qui est de la fin des inscriptions le 28 octobre, la raison en est qu'elles sont examinées au plus tard à la mi-novembre.

Rassurés ? Sinon n'hésitez pas à mettre à nouveau des commentaires !


Rédigé par : Serrat Anne | 3 nov 2011 16:19:53

bonjour,

je vous remercie pour vos réponses..personnellement, je déposerai mon dossier l'année prochaine... je suis dans l'informatique depuis 1980!! et je fais des recherches genealogiques depuis 8 ans ( sur informatique et dans les AD)
à mon age (52 ans) et au chomage je souhaiterai devenir genealogiste professionnelle et essayer de travailler avec des notaires en plus du grand public.qu 'en pensez vous?
cdt
anne


L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.

 

Avertissement: Les informations, textes, images et sons, diffusées via internet par The Social media Group ne sont pas susceptibles, à priori, de contrevenir à la réglementation afférente aux droits d´auteur. Si tel n´était pas le cas, merci de nous le signaler à l´adresse copyright at thesocialmedia point com et nous nous engagerons, sous reserve de la validité de la requête, à effectuer les modifications afférentes dans les plus brefs délais.


Le Blog Généalogie, un site du Social Media Group, réseau de blogs thématiques.