« Décadence et renouveau de la généalogie française | Accueil | 40 ans de public aux Archives »

Le mythe du généalogiste maudit

Par Stéphane Cosson le 26 février 2012 | (2) Commentaires | Permalink

Et les généalogistes familiaux dans tout cela ? Où se situent-ils ? Pour moi, l'explication peut se trouver dans ce que j'ai appelé le mythe du généalogiste maudit. Comme on a des poètes ou des artistes maudits.

Tout d'abord, peut-être, une explication du mythe en général. On peut le qualifier de la nécessité où se trouvent certains groupes ou communautés de solidifier les liens qui les unissent, de justifier leur existence, de légitimer des pratiques.

A partir de 1974, il y a transformation du public des archivistes suite au développement de la généalogie. Puis, suite à Internet et à la numérisation, ce sont les généalogistes eux-mêmes qui se transforment. Il y a multiplication des postulants à la fonction de généalogiste, la profession n'étant pas réglementée. La généalogie entre pleinement dans l'économie de marché.

Le mythe est le reflet d'un état de crise mais un reflet déformant pour rendre cette crise dévalorisante. Ainsi, bien que professionnel, le généalogiste familial s'exclurait de lui-même en partie de l'économie de marché au nom de "principes supérieurs" tel que le dévouement à la recherche de la vérité. Sauf que cela empêche les généalogistes d'en prendre conscience et d'agir en conséquence.

Le généalogiste familial est pauvre. Il ne peut vivre de son métier. La généalogie n'est qu'un complément de revenus. Tout cela sont des postulats, admis une fois pour toutes, jamais remis en cause. La parole du généalogiste en devient vraie, sincère, authentique et désintéressée. Il se fait alors un amalgame théorique entre la valeur d'un individu et son état de dénuement.

L'imaginaire occidental chrétien ne facilite pas la sortie de ces postulats. En effet, il présente la souffrance comme un bienfait, un moyen d'élévation spirituelle et morale. Le généalogiste se sacrifie pour sa cause. Sa valeur est fonction de l'ampleur de sa souffrance. D'où l'importance dans les dires des professionnels de la crise économique, qui ne peut que remettre une couche de souffrance. C'est la crise économique. Le généalogiste a beau faire des efforts, elle l'empêche d'accéder à une vie économiquement meilleure.

En ce sens, comme il ne peut vivre de sa fonction, le généalogiste est un maudit.

Qui plus est, le généalogiste familial est sorti de la fonction traditionnelle : rechercher des preuves de parenté dans le cadre de l'impôt. Ce fut le cas des Juges d'Armes, des Généalogistes des Ordres du Roi. C'est actuellement le cas des successoraux. Le généalogiste familial n'est pas du tout là-dedans. Il ne s'intéresse même pas aux familles nobles ou notables, comme l'ont fait les généalogistes sérieux du renouveau de la généalogie. Il s'intéresse aux petites gens, à leur plaisir. Il les remet dans l'Histoire alors que personne ne s'est intéressé à eux pendant des siècles car ils n'ont aucun intérêt du point de vue du pouvoir. D'une certaine manière, il est proche du confesseur, du psychologue.

Je crois que c'est un généalogiste qui a peur. Les marchands de merlette sont passés par là et qu'il le veuille ou non, il est aussi leur héritier. Pour montrer qu'il n'est pas comme eux, il doit prouver son sérieux. D'où l'importance de faire des photos de toutes les pièces trouvées. D'où l'importance du rapport. Mais tout cela ne peut se faire payer, ce serait indigne de son dévouement à la vérité.

S'est alors mis en place un déséquilibre (croissant ?) entre ceux qui ont pignon sur rue (les successoraux mais aussi les quelques familiaux "stars" qui sont connus et reconnus de tous) et une "bohême généalogique" obligée d'avoir un autre métier, une autre source de revenus pour pouvoir vivre. Là encore, il faut faire de ce "malheur" la preuve d'une "valeur généalogique". D'où l'importance à nouveau du rapport remis au client, des photos, du temps passé bénévolement, tout un appareillage en fait de reconnaissance sociogénéalogique.

En ce sens, à mon avis, le généalogiste familial est encore une fois un généalogiste maudit. Mais je vous rassure cela peut changer !



Commentaires

Rédigé par : LACROIX-MILHE Simone | 2 mar 2012 12:13:42


Comme tout cela est bien dit !
La généalogie reste un BESOIN profond pour ceux que la vie n'a pas éloignés de leur terroir natal comme pour les sentimentaux qui se sont exilés : on resserre les liens pour se sentir moins seul, on veut DESCENDRE ou REMONTER juste pour EXISTER ... on cultive le Passé comme d'autres visent le futur !
Mais tout étant relatif en ce bas monde, l'essentiel est de VIVRE BIEN ce que l'on a à vivre, non ?


Rédigé par : Stéphane Cosson | 4 mar 2012 08:44:50

Bonjour,

Je suis d'accord avec vous, l'essentiel est de VIVRE BIEN ce que l'on a à vivre, y compris et surtout du point de vue professionnel.

Cultiver le Passé ? Peut-être, sans doute même, mais pas pour être passéiste, simplement pour mieux s'appuyer dessus afin de rebondir vers un Futur à construire en permanence.

Cordialement,

Stéphane Cosson


L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.

 

Avertissement: Les informations, textes, images et sons, diffusées via internet par The Social media Group ne sont pas susceptibles, à priori, de contrevenir à la réglementation afférente aux droits d´auteur. Si tel n´était pas le cas, merci de nous le signaler à l´adresse copyright at thesocialmedia point com et nous nous engagerons, sous reserve de la validité de la requête, à effectuer les modifications afférentes dans les plus brefs délais.


Le Blog Généalogie, un site du Social Media Group, réseau de blogs thématiques.