« ah la la, ces clients ! | Accueil | Nouveaux sites Internet »

Les différentes carrières d'un professionnel

Par Stéphane Cosson le 18 juillet 2012 | (5) Commentaires | Permalink

Cet article est inspiré de deux articles en anglais, celui de Thomas Mac Entee et celui de Michael Hait portant sur ce sujet.

Comment peut-on définir un généalogiste professionnel ? Il n'y a pas de véritable réponse à cette question. C'est vrai, c'est quoi un généalogiste professionnel ? Un chercheur qui travaille pour des particuliers ? Une personne qui travaille dans le cadre de sociétés commerciales de généalogie ? Un journaliste spécialisé dans ce domaine ? Autre ? Toutes ces personnes à la fois ? Dans tous les cas, quelqu'un qui doit faire preuve de flexibilité.

Et qui doit savoir se trouver des opportunités, se les fabriquer si elles ne viennent pas à lui. Un exemple personnel : Cela fait des années que j'ai du travail en retard, du travail de saisie pour aller chercher de nouveaux clients. Je croyais pouvoir le faire faire à ma collaboratrice; Raté ! Trop de demandes pour le mettre dans son emploi du temps. Par ce biais je peux aller chercher une nouvelle clientèle, qui ne viendrait pas forcément vers un généalogiste professionnel mais qui pourrait acheter des actes, comme elle le fait via Geneabank par exemple, ou via d'autres structures. Tout est prêt, il suffit d'indexer. Un long travail, quasiment un tonneau des Danaïdes.  Mais tant que ce travail là n'est pas fait, cette clientèle ne peut pas venir vers moi. Après des années de réflexion, je vois enfin comment je vais le faire faire, grâce à mon expert-comptable. Quel type de structure, quels types de personnel je vais employer pour cela, tout en restant en France, j'y tiens. La demande existe,  à moi de me créer la compétence. L'inverse est tout aussi vrai : Ma compétence existe mais pas la demande. A moi de la créer et de la rendre indispensable.

Thomas Mac Entee liste les différentes carrières possibles pour un généalogiste professionnel :

  • Le chercheur pour les particuliers ou pour certaines institutions.
  • L'auteur d'articles ou de livres sur le thème de la généalogie.
  • L'éducateur, le pédagogue. Bref, celui qui fait de la formation.
  • Le conservateur comme peut l'être le Généafil.  Lire des articles, noter ceux qui paraissent intéressants, profitables à l'ensemble de la communauté et en faire profiter celle-ci en les diffusant. Cela existe du point de vue bénévole, pourquoi pas du point de vue professionnel ?
  • L'archiviste ou le bibliothécaire. J'aurais plutôt tendance à dire celui qui a une base de données et qui la met en valeur. De même qu'il peut mettre en valeur les bases de données que ses confrères partis à la retraite peuvent vouloir lui confier. Pour que le travail de toute une vie professionnelle ne s'arrête pas avec la prise de retraite mais puisse continuer à être utile à la communauté généalogique, d'une autre manière.
  • L'analyste. Il peut étudier, moyennant finances, les habitudes d'achat des généalogistes, leurs données démographiques et toute autre étude concernant cette population. Après tout, cela peut intéresser les publicitaires et autres ?
  • Le marketer. Faire du marketing, être présent sur les réseaux sociaux. Le généalogiste peut avoir l'envie mais pas le temps. POurquoi ne pas le confier à un spécialiste certes de ces domaines mais généalogiste lui aussi ? Comme cela, ils parlent assez rapidement le même langage.  Faire le commercial pour les autres.
  • Le détaillant ou le libraire. Celui qui vend un certain nombre de produits dérivés liés à l'histoire de la famille, en ligne ou par le biais d'une boutique ayant pignon sur rue. Pas simple, je vous l'accorde.
  • 

Bref de nombreuses possibilités pour qu'une activité de généalogiste professionnel soit rentable. Un peu de flexibilité est certes nécessaire. Mais est-ce si compliqué que cela à avoir comme posture quand on veut garder un toit sur sa tête et qu'on veut vivre de sa passion ? Je ne le crois pas.

 



Commentaires

Rédigé par : jeff | 24 juil 2012 06:25:06

Si on se réfère au marché US, la liste des spécialités est encore plus grande (voir le site de l'APG - www.apgen.org). Maintenant est-ce toutes ces professions trouveront leur place sur le marché FR, pas sûr. Comme tu le disais dans l un de tes posts, l'aspect culturel joue à fond. Cela va même plus loin que ça. Dans mon cas (ok peut etre pas l exemple parfait), toute ma clientèle est à l'international. Cela est sans doute du au fait qu ayant passé toute ma carrière à l'étranger, j'ai sans doute moi aussi une approche culturelle en généalogie plus proche de l'attente de clients anglosaxons que français. Au sujet des "métiers" que j’exerce, cela correspond plutôt à PI ou forensics du genre "ma famille dit que... est-ce que c est vrai", "pourquoi X a quitté la France?" et caetera. C'est super intéressant et enrichissant (car il y a l aspect de recherche multi-sources et multi-support) mais cela prend beaucoup de temps et je fais très souvent du pro-bono (ou du dépassement).
Sinon j arrive toujours pas à voir ton concept de généalogie en 3D. Cela serait comme mettre se généalogie dans un contexte historique (timeline)? ou alors au niveau de la grille de lecture (etat civil, recensement + actes notariés)?
bonne journée


Rédigé par : Stéphane Cosson | 5 août 2012 22:30:14

Pour ce qui est de mon concept de généalogie en 3D, je suis en train de l'affiner dans ma tête. plusieurs possibilités, je veux voir laquelle est possible et surtout à quel coût (le nerf de la guerre quand même). A priori, cela irait plus dans le domaine de la formation. A priori mais je la travaille de mon côté.


Rédigé par : Gregory Rhit | 23 août 2012 00:17:38

Bonjour,

Je viens de me lancer en tant que généalogiste professionnel et du coup ce genre d'article m'intéresse fortement d'autant plus que j'aime votre vision du métier qui différe de celle de certains qui pensent qu'avec la crise et la numérisation des archives, le métier de généalogiste est en train de mourir.
A chaque fois, vous essayez d'ouvrir votre esprit en pensant à comment il serait possible de faire évoluer ce métier ô combien passionnant ! Et ça me plaît.
Je voulais vous écrire directement pour en parler avec vous puis finalement, je me suis dit : " autant laisser un commentaire, tout le monde en profitera et pourra participer à la discussion ". A moins que vous ne vouliez continuer cette discussion en privé, je ne suis pas contre non plus (-;
A l'heure où je me lance dans une activité professionnelle avec les risques que cela comporte mais aussi avec une certaine excitation, sachez que ce genre d'article donne des idées pour avancer mais aide aussi à garder un certain optimisme.
Bonne soirée et à bientôt j'espére


Rédigé par : Stéphane Cosson | 25 août 2012 13:02:23

Bonjour,

Merci pour les compliments. J'apprécie. Que ma vision du métier de généalogiste diffère, c'est clair mais il est vrai que je lis beaucoup d'ouvrages de marketing, de communication, d'économie. Ce qui me donne cette ouverture.
Le métier n'est pas en train de mourir, il est en train d'évoluer. Alors à nous d'évoluer avec.
N'hésitez pas à laisser des commentaires. J'essaierai d'y répondre au mieux.
A bientôt,


Rédigé par : Gregory Rhit | 27 août 2012 01:21:35

Bonjour,

Continuez donc dans cette voie-là c'est la bonne !
Faisons évoluer le métier tout à fait c'est la bonne formule.
Je n'hésiterai donc pas à laisser des commentaires sur votre blog. Faites-en de même si vous passez sur le mien !

A bientôt


L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.

 

Avertissement: Les informations, textes, images et sons, diffusées via internet par The Social media Group ne sont pas susceptibles, à priori, de contrevenir à la réglementation afférente aux droits d´auteur. Si tel n´était pas le cas, merci de nous le signaler à l´adresse copyright at thesocialmedia point com et nous nous engagerons, sous reserve de la validité de la requête, à effectuer les modifications afférentes dans les plus brefs délais.


Le Blog Généalogie, un site du Social Media Group, réseau de blogs thématiques.