« A quoi sert un généalogiste professionnel ? | Accueil | Tarif et grille de compétences »

Inscriptions au DU de Généalogie à Nimes

Par Stéphane Cosson le 20 septembre 2012 | (31) Commentaires | Permalink

Les inscriptions pour le DU de Généalogie à Nîmes sont ouvertes ! Pour ceux que cela intéressent, il faut renvoyer le dossier avant  la fin du mois d'octobre.

A quoi cela peut bien servir ? Eh bien ...

A avoir de la méthodologie venant d'un généalogiste professionnel, en travaillant sur des cas concrets, pour savoir pourquoi on va chercher tel acte plutôt que tel autre. Et quels renseignements on peut en tirer. Et vers quel autre acte cela peut nous renvoyer.


A faire de la paléographie et de la diplomatique (vous savez, comment sont constitués les textes pour ensuite aller plus rapidement chercher toutes les informations qui nous intéressent à l'intérieur de ceux-ci).


A avoir des cours d'histoire et de droit (peu mais suffisamment pour remettre les actes que l'on trouve dans un contexte).


A s'y connaître un peu en héraldique et en anthroponymie.


Bref à élargir son horizon généalogique pendant quelques mois, pour mieux devenir ensuite le biographe de ses ancêtres.

Venez, c'est tous les vendredis et samedis de janvier à juin, à Nîmes, dans un ancien Fort Vauban. Venez voir, je vous y invite.

 



Commentaires

Rédigé par : Vanessa Cavory | 22 sep 2012 09:06:08

ça serait bien qu'une telle formation se fasse un jour à distance :)


Rédigé par : Stéphane Cosson | 22 sep 2012 09:07:07

Peut-être y arrivera-t-on un jour pour les cours magistraux. Peut-être mais ce n'est pas du tout à l'ordre du jour. Par contre, pour ce qui concerne les TD, c'est impossible à faire à distance et ce le sera toujours, simplement parce qu'il y a énormément d'archives qui ne sont pas numérisées et qu'on travaille quasiment que sur celles-ci.


Rédigé par : Vanessa Cavory | 22 sep 2012 09:08:51

Oui mais bon, il reste pour certains la possibilité de se déplacer aux archives pour les TD, ce qui serait plus sympa en plus :)


Rédigé par : Stéphane Cosson | 22 sep 2012 09:09:41

Les TD du diplôme se font aux AD, que ce soit pour le devoir qu'ils doivent me rendre (réaliser un arbre généalogique) et là, ils vont dans les AD qu'ils veulent, ou que ce soit le travail en commun, aux AD 30.
Cette année, ils ont travaillé sur une branche inconnue de la famille de Toulouse-Lautrec au XIXème siècle, qui a vécu à Nîmes, originaire de l'Hérault, et je vais rédiger un article (avec mention de leurs noms) à partir de leurs recherches.
Pour ce qui est de la généalogie, il ne peut en être autrement.


Rédigé par : Sophie Fulhaber | 22 sep 2012 09:11:16

Si je comprends bien Stéphane, les étudiants travaillent sur un sujet donné et vous écrivez l'article. La moindre des corrections est de citer le nom de ceux qui ont travaillé sur le sujet ! D'autant plus que la publication sera à votre actif professionnel, ce qui n'est pas négligeable. Il est à noter le prix de la formation : de 900 à 150 € (étudiants de l'université de Nîmes) et le fait qu'un DU ne rentre pas dans le cadre du LMD de Bologne.


Rédigé par : Stéphane Cosson | 22 sep 2012 09:12:10

Mais je n'ai jamais dit Sophie que je mentionnerais pas les noms de mes étudiants. Je l'ai toujours fait quand j'écris un article pour lequel d'autres ont travaillé. Aucun souci de ce côté-là et ils le savent ! Je ne plagie pas leurs travaux si c'est là votre peur. Je me contente d'être uniquement le coordonnateur de leurs travaux.
Mais tous les DU ne rentrent pas dans le cadre du LMD, y compris les MBA qui sont des DU pour information.
Le diplôme universitaire correspond à un domaine restreint, à vocation temporaire ou professionnelle. Chaque université est donc habilitée pour des DU spécifiques. Le mode d'accès, la durée des études, le mode d'évaluation peuvent être très différents selon le but professionnalisant du diplôme. La plupart des DU, toutefois, sanctionnent une formation de 1 à 3 mois étalée sur les week-ends pendant 2 ou 3 ans.
Les DU sont organisés par une seule université, tandis que les DIU associent plusieurs universités pour organiser la même formation (qui a souvent lieu dans les différentes villes).
Ils ne rentrent pas dans le système LMD et aucune université ne peut exiger l'obtention d'un DU « complémentaire » pour la validation d'un diplôme d'état LMD (même si cette double formation est souvent recommandée, en pratique). Ces diplômes sont gérés en autonomie locale, c’est-à-dire hors de la dotation globale du ministère (dotation par étudiant) et leurs tarifs sont alignés sur ceux de la formation continue du secteur privé.


Rédigé par : Sophie Fulhaber | 22 sep 2012 09:13:36

Le DU est un diplôme délivré par une université spécifique et n'est pas un diplôme national. Le mode de sélection des DU n'est pas le même que celui des MBA ( bac + 5 et expérience professionnelle). Le DU de généaogie de Nîmes demande un bac + 2 ou une validation des acquis ... Comparer le MBA de l'INSEAD, d'HEC, de l'ESSEC ou d'une université américaine réputée avec un DU, ce n'est pas très équilibré. Je ne critique pas le DU de Nîmes mais il faut dire aux lecteurs ce qu'il en est exactement. Avec ce DU, on ne peut pas postuler à un poste de la fonction publique demandant une licence ou un M2, si on n'a pas validé ce niveau universitaire auparavant.


Rédigé par : Stéphane Cosson | 22 sep 2012 09:14:27

Alors d'abord, je ne compare pas. Je dis simplement que les MBA français, pas ceux des universités américaines, sont des DU, et non dans le cycle LMD. Et les modalités pour y entrer sont propres à chacun.
Ensuite, les personnes qui font le DU de généalogie de Nîmes le font pour leur plaisir pour la plupart, parce que ce sont des passionnés de généalogie, pas pour postuler dans la fonction publique pour des postes demandant une licence ou un M2. Et vu l'âge moyen des étudiants, ils se moquent un peu de leur vie professionnelle qui pour beaucoup est derrière eux ou en passe de l'être.


Rédigé par : Pierre André Aubertin | 22 sep 2012 09:16:01

Je pense que je ferais volontiers ce DU si j'habitais plus près, rien que pour le plaisir !


Rédigé par : Fred Coussay | 22 sep 2012 10:09:17

J'adorerai ça :)
Mais ça fait un peu loin ! Faudrait créer un DU itinérant à travers la France, une sorte de One Man Show de la généalogie :)


Rédigé par : Stéphane Cosson | 22 sep 2012 10:11:04

Deux jours pas semaine, de janvier à juin !

Il y a deux ans, des étudiants sont venus de Nantes. L'année dernière, nous avions une Grenobloise. Ce n'est jamais loin quand on aime ! :-)

Mais vous êtes plusieurs à parler d'e-learning ou de diplôme itinérant. Va falloir vraiment y réfléchir !


Rédigé par : Frédérique Imbert | 23 sep 2012 09:59:25

Je voudrais poser une question simple : qui finance ce DU qui, vous le dites Stéphane, ne s'adresse qu'à des personnes qui se "moquent un peu de leur vie professionnelle qui pour beaucoup est derrière eux ou en passe de l'être." Si on est toujours dans le bénévolat, ma foi... chacun fait ce qu'il veut.
Mais j'aimerais en avoir la confirmation.


Rédigé par : Stéphane Cosson | 23 sep 2012 10:00:24

Qui finance ce DU ? Les gens qui s'y inscrivent, simplement !

Il y a bien des étudiants du DU qui veulent s'installer comme professionnel, mais je le leur ai dit dès le début de l'année, à la réunion de rentrée : vous ne vous installez pas simplement avec le DU. Interdit ! Ce n'est pas un sésame magique. Installation dit étude de marché obligatoirement. Et je la corrige.
Il faut que ce soit sérieux et je repère assez vite, en tant que pro, si cela va l'être ou pas au cours de l'année. Et puis les devoirs qu'ils font, celui qu'ils me rendent, celui que nos faisons ensemble aux AD, permet de savoir aussi leur envie, leur implication.
Au début de l'année, la moitié voulait s'installer en tant que pro, successoral pour la plupart parce que le métier de familial n'est pas connu. A la fin de l'année, ils étaient quatre, dont deux pour lesquels j'ai confiance sur la pérennité. Parce que c'est un salarié d'un successoral et une ancienne notaire.
Les 16 autres, c'est pour leur plaisir, uniquement !

J'espère que cela vous a plus éclairé sur le DU, Frédérique.


Rédigé par : Sophie Fulhaber | 23 sep 2012 16:14:24

900 € de droits mais 150 pour les étudiants de l´université de Nîmes. Je trouve que c'est bien cher pour une formation


Rédigé par : Stéphane Cosson | 23 sep 2012 16:15:24

900 € pour une formation d'un semestre, c'est cher, vous plaisantez ? Vous connaissez les tarifs de la formation dans le privé ? Ce n'est pas ce tarif-là, du tout. Comptez aux alentours de 210 € la journée dans le cadre professionnel et aux alentours de 140 € la journée pour des particuliers. Vous faites le calcul pour un semestre et je vous laisse comparer.


Rédigé par : Frédérique Imbert | 23 sep 2012 20:29:38

Oui Stéphane, je suis rassurée : j'ai craint un instant que cette formation "divertissante" ne soit financée par l'E.N., à savoir nous. Mais là, ma foi, chacun est libre de dépenser son argent comme il l'entend et du moment que la profession n'est pas règlementée, il n'y a rien à redire.

Surtout ne pas faire croire que le D.U. est nécessaire : chacun peut visser sa plaque sans diplôme, où il veut, quand il veut. La seule chose à savoir est que le généalogiste successoral a une obligation de résultat : s'il ne trouve pas,il n'est pas payé. Quant au généalogiste familial, il n'a pas d'obligation de résultat mais il ne trouve plus beaucoup de clients, du fait de la grande vulgarisation de la généalogie en ligne et du nombre florissant de généalogistes bénévoles qui offrent leurs relevés. Il y a du bon et du moins bon dans cette grande vague de bénévolat : comme toujours. Mais c'est un vaste débat qui dépasse de loin de cadre de la généalogie.

Je précise Stéphane, que je n'ai strictement rien contre les professionnels : à partir du moment où ils paient leurs impôts et où ils ne facturent pas aux clients les données trouvées dans les relevés des bénévoles, je n'ai rien à redire. J'ajoute même que c'est un métier tout à fait passionnant.


Rédigé par : Stéphane Cosson | 23 sep 2012 20:48:08

Frédérique, si effectivement je me contentais de proposer la même chose que les archives en ligne, si j'allais dans le même sens que les associations et leurs relevés, je n'aurais pas beaucoup de clients. Mais à moi de savoir innover en tant que professionnel pour proposer autre chose et la clientèle est là. Mais tous les professionnels n'en sont pas capables, je vous l'accorde.


Rédigé par : Sophie Fulhaber | 23 sep 2012 20:50:05

Donc l'EN finance indirectement. Le coût des études est fixe.


Rédigé par : Stéphane Cosson | 23 sep 2012 20:50:54

Quatre étudiants sur une promotion de 20 ont mené un double cursus l'an passé, Sophie. Ils ont donc payé un montant fixe de 177 € puisqu'ils s'inscrivaient en licence et un montant de 150 € pour le DU. Soit 327 € à la place de 900 € pour les autres, j'appelle cela une ristourne et rien d'autre ! Où est le financement indirect ? Montrez le moi !


Rédigé par : Sophie Fulhaber | 23 sep 2012 21:02:12

Stéphane, je n'ergote pas sur les coûts (d'autant que je ne vis pas en France, donc je ne suis pas concernée) mais il faut dire les choses telles qu'elles sont. Le coût (pour l'Etat) d'un étudiant n'est ni de 900 ni de 150 € !!


Rédigé par : Stéphane Cosson | 23 sep 2012 21:02:55

Mais c'est le cas pour TOUS les étudiants, Sophie, pas seulement pour ceux du DU puisque les frais d'inscriptions à l'université sont fixés par la Direction de l'information légale et administrative dépendant du Premier Ministre et publié au Journal Officiel, de même pour le montant de la cotisation du régime d'assurance maladie des étudiants.


Rédigé par : Sophie Fulhaber | 23 sep 2012 21:44:25

Je persiste : pour une formation qui ne correspond pas à un niveau reconnu par l'Etat, qui la finance malgré tout. Y a-t-il beaucoup de postulants ?


Rédigé par : Stéphane Cosson | 23 sep 2012 21:45:14

Alors je persiste aussi : elle est financée exclusivement par les personnes qui s'y inscrivent. Pour l'année scolaire 2011-2012, 20 personnes. L'année précédente, il y avait 56 personnes, et la première année une vingtaine d'inscrits aussi.


Rédigé par : Frédérique Imbert | 24 sep 2012 09:40:33

Ce qui me dérange c'est l'idée, l'existence même, d'un DU, de *tous* les DU : des cours qui se déroulent sous la houlette de l'EN, qui *utilisent* l'enseignement universitaire alors qu'ils débouchent sur un diplôme qui n'est pas reconnu par l'Etat, je trouve que ce n'est pas logique : c'est à la limite de la duperie pour celui qui passe ce diplôme et qui paye pour le passer. Il faut bien leur préciser que ça ne leur servira à rien au plan professionnel.

Mais attention ! Ce n'est pas la faute de Stéphane : c'est notre système universitaire qui est à remettre en cause. En France nous avons un taux chômage hallucinant : si Stéphane peut travailler, il a bien raison de le faire et à sa place, je ferais pareil. Mais....la base est viciée.


Rédigé par : Stéphane Cosson | 24 sep 2012 09:42:03

Le DU a été décidé ainsi et là nous n'y pouvons rien dans sa philosophie, Frédérique.

Par contre, je ne suis pas d'accord avec vous sur le plan professionnel. Cela peut rassurer le client potentiel, il sait que la personne a suivi des cours, a eu une méthodologie améliorée si je puis dire. Mais c'est de la technique. Cela n'empêche pas qu'il faut derrière de l'expérience de terrain, concrète, de plusieurs années avant de s'installer. Cela n'empêche pas qu'il faut aussi derrière des compétences commerciales. Le DU est alors simplement un argument commercial comme un autre.

Ce n'est pas parce qu'on a le DU qu'on va être un meilleur généalogiste que celui qui ne l'a pas ! Je n'ai pas dit cela, attention.

De même, pour les gens qui veulent se lancer en tant qu'amateur dans cette aventure mais qui ne savent comment s'y prendre. C'est rassurant. Ils vont avoir de la méthodologie.

Qui plus est, pour quelqu'un qui n'a pas eu accès à l'université avant sa vie professionnelle, reconnu nationalement ou pas, il s'en fout. Par ce biais, il a accès à l'université et c'est valorisant pour lui !

On se situe sur ces besoins-là : reconnaissance, valorisation, réassurance. Et ils sont importants pour un bon développement de la personne.


L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.

 

Avertissement: Les informations, textes, images et sons, diffusées via internet par The Social media Group ne sont pas susceptibles, à priori, de contrevenir à la réglementation afférente aux droits d´auteur. Si tel n´était pas le cas, merci de nous le signaler à l´adresse copyright at thesocialmedia point com et nous nous engagerons, sous reserve de la validité de la requête, à effectuer les modifications afférentes dans les plus brefs délais.


Le Blog Généalogie, un site du Social Media Group, réseau de blogs thématiques.