« Inscriptions au DU de Généalogie à Nimes | Accueil | Service rendu en généalogie successorale »

Tarif et grille de compétences

Par Stéphane Cosson le 29 septembre 2012 | (7) Commentaires | Permalink

Je vais revenir à nouveau sur l'article de Guillaume de Morant. Les prix, écrit-il, sont extrêmement variables d'une région à l'autre, d'un professionnel à l'autre. Et si l'on mettait en place une grille de compétences, transparente, qui permettrait au client de savoir ce qu'il  est en droit d'attendre de son généalogiste professionnel ? 

Quelles compétences ? Eh bien ce pourrait être la liste suivante (non exhaustive) :

  • Le généalogiste a-t-il une formation d'historien ou de juriste ?
  • Le généalogiste est-il paléographe (dans le sens propose-t-il cette prestation car on l'est tous) ? Jusqu'à quelle époque ? Latiniste ou pas ?
  • Le généalogiste est-il héraldiste ?
  • Le généalogiste est-il sigillographe ?
  • Le généalogiste publie-t-il ? Dans quelle revue ? Depuis quand ?
  • Le généalogiste forme-t-il ? Depuis quand ? Dans quel type de structure ?
  • Le généalogiste se forme-t-il ? Dans quelle matière ?

En fonction de la réponse (oui/non), un tarif serait applicable. Par exemple un généalogiste avec une formation d'historien et de juriste, paléographe jusqu'au XVIème siècle, latiniste, héraldiste, sigillographe, qui publie dans des revues nationales depuis 20 ans, qui forme des étudiants à l'université, qui se forme tous les ans aurait un tarif plus important qu'un généalogiste qui ne proposerait pas tout cela. Le généalogiste veut augmenter ses tarifs ? Il augmente ses compétences.

Viendraient ensuite les spécificités archivistiques des régions. Un généalogiste travaillant dans des départements où les archives ont été détruites par fait de guerre a plus de difficultés qu'un généalogiste dont les archives sont pléthoriques.

Il  me semble que ce serait beaucoup plus clair pour les généalogistes amateurs. Il a un tarif, il sait à quoi s'attendre derrière en terme de prestations ou de compétences minimales. De même pour les forfaits. Je crois que cela pourrait éviter cette extrême variabilité entre nous. Mais c'est un vaste chantier à mettre en oeuvre.



Commentaires

Rédigé par : Gregory Rhit | 3 oct 2012 14:22:26

Chose assez rare pour etre soulignée : je ne suis pas d accord avec vous Stephane. Et ce, pour plusieurs raisons. Tout d abord, parce que certains criteres que vous voulez prendre en compte ne me semblent pas pertinents : par exemple, un bon genealogiste peut tres bien ne pas vouloir former des gens ou ecrire dans des revues par choix; il serait penalisé a cause de ce choix ce qui ne me semble pas tres juste. Ensuite, les clients arrivent souvent chez les genealogistes par le biais du bouche a oreille donc je pense que de toute maniere les "mauvais" genealogistes ne font pas de vieux os et donc le marché s epure lui meme. Enfin, cela creerait trop d inegalités entre les genealogistes etablis depuis des annees (forcement plus experimentés dans tous ces domaines) et les nouveaux venus qui doivent deja se faire connaitre pour esperer avoir des clients.
Ceci dit, je pense qu une reglementation des tarifs dans la profession ne serait pas une mauvaise idee mais pas de cette maniere-la a mon sens.


Rédigé par : Stéphane Cosson | 3 oct 2012 19:47:53

Gregrory, ce qui me paraît intéressant en fait c'est de mettre en place une bible des compétences. Que je sache, elle n'existe pas. Et qu'à partir de cette bible commune, des tarifs puissent être mis en place. Mais pour moi, l'essentiel c'est la bible de compétences.

L'idée était peut-être mauvaise telle quelle. Sans doute à réfléchir à nouveau, différemment, vous avez raison.


Rédigé par : Stéphane Cosson | 6 oct 2012 10:16:14

Grégory,

En y repensant et en relisant votre commentaire : c'est quoi un "bon" généalogiste ? vous le définissez comment ? Sur quels critères (objectifs les critères bien sûr)?

Pour ce qui est de l'expérience, la différence entre un professionnel débutant et un professionnel installé depuis longtemps, c'est leur date d'installation. Oui, je sais, dit comme cela, c'est couillon et une lapalissade. Ce que je veux dire, c'est que quand je me suis installé, j'étais certes débutant dans la recherche de clients, le bouche-à-oreille n'était pas installé, mais derrière j'avais 18 ans d'expérience en tant que généalogiste amateur. Et cette expérience-là compte.

Nous pouvons être débutant dans la recherche de clientèle, nous le sommes souvent tous, mais le plus souvent personne de nous ne l'est dans la recherche généalogique. Il ne faut surtout jamais l'oublier. Parce que c'est un critère primordial à mes yeux.


Rédigé par : Gregory Rhit | 6 oct 2012 18:48:59

Bonjour Stephane,

Un bon genealogiste est pour moi un genealogiste qui va tout simplement bien faire son travail en etant a l ecoute du client, en sachant repondre a ses besoins et en etant le plus honnete et le plus serieux dans son travail. J ai ete dans le commerce assez longtemps pour savoir qu on se constitue et fidelise une clientele en etant honnete et meticuleux. Il vaut mieux dire la verite et rater une vente que baratiner pour avoir une vente par exemple. Sur le long terme, ce sera forcement plus payant sur le professionnel.

Apres, bien sur que l experience que nous avons acquise en tant qu amateur dans la recherche genealogique compte et elle est evidemment tres importante mais il est evident aussi qu un genealogiste experimenté aura plus de chances de publier dans des revues ou de former qu un genealogiste debutant.


Rédigé par : Stéphane Cosson | 6 oct 2012 19:51:25

Bonsoir Grégory,

Le généalogiste peut bien faire son travail, être à l'écoute de son client, en sachant répondre à ses besoins et en étant le plus honnête et sérieux possible, et le client mécontent quand même, voire même agressif.
Je vais donc rajouter une qualité : être diplomate pour que ce client particulier, même si les relations commerciales se rompent, ne puisse pas aller bavasser contre le sérieux du professionnel et lui faire perdre de la clientèle. Et ce n'est pas simple, cela demande aussi des heures de pratique de zénitude.

Je ne suis pas sûr qu'un généalogiste expérimenté ait plus de chance de publier ou de former qu'un débutant. Cela dépend aussi de l'envie, des facilités qu'il a ou pas dans le domaine de la pédagogie. On peut être expérimenté et être un mauvais pédagogue.

In fine, cela peut dépendre aussi du fait qu'un rédacteur en chef lise son blog, par exemple, remarque qu'il a une plume et lui commande des articles. Cela marche aussi dans ce sens-là. Nous ne sommes pas toujours force de proposition. Les blogs servent à aiguiser notre plume, ne l'oublions pas.


Rédigé par : Clément | 7 oct 2012 14:02:34

Et une charte de déontologie, simplement. Avec un ordre national de généalogistes ?


Rédigé par : Stéphane Cosson | 7 oct 2012 16:24:06

La généalogie n'est pas une profession réglementée, Clément. C'est pour cela que nous avons des chambres syndicales et non un ordre, avec une adhésion facultative chez elles.
Un ordre professionnel est une personne morale de droit privé chargée d'une mission de service public, constituée par une loi qui définit sa fonction publique et par un décret d'application pris en Conseil d'État qui lui donne son statut.
Sous la pression de l'Organisation mondiale du commerce, relayée par l'Union européenne, beaucoup de professions libérales tendent à être dérèglementées, étant vues comme des entraves à la liberté du commerce.

Le code de déontologie existe déjà chez les généalogistes. Voici celui de la Chambre des Généalogistes Professionnels, tel qu'il apparaît sur leur site http://www.cgpro.org :
- Les membres de la C.G.P. s'engagent à respecter le secret professionnel
- Ils s'interdisent d'établir des généalogies de complaisance (sous peine de radiation).
- Ils doivent toujours fournir les preuves de ce qu'ils avancent.
- Ils ne doivent pas dissimuler d'éléments dans des dévolutions successorales.
- Ils ne doivent faire aucune publicité mensongère (diplômes, titres...).
- Ils s'engagent à améliorer sans cesse leurs connaissances afin de fournir les meilleurs prestations possibles.

Celui de la CSGHF est plus complet (toujours tel qu'il apparaît sur leur site http://www.csghf.org, en six grands chapitres) :
-Port du titre de membre de la CSGHF
-Mission du généalogiste
-Devoirs du généalogiste envers sa clientèle
-Devoirs du généalogiste envers les archives et les pouvoirs publics
-Relation du généalogiste membre de la CSGHF avec les associations
-Devoirs du généalogiste envers les confrères

Dans les deux cas, rien en ce qui concerne les compétences du généalogiste professionnel ou en ce qui concerne les tarifs. S'engager à améliorer ses connaissances pour moi est quand même relativement vague.

Sur le site de l'Union des Syndicats de Généalogistes Professionnels http://www.usgp.fr , rien non plus à ce sujet.

Un (petit ?) manque,quand même. Non ?


L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.

 

Avertissement: Les informations, textes, images et sons, diffusées via internet par The Social media Group ne sont pas susceptibles, à priori, de contrevenir à la réglementation afférente aux droits d´auteur. Si tel n´était pas le cas, merci de nous le signaler à l´adresse copyright at thesocialmedia point com et nous nous engagerons, sous reserve de la validité de la requête, à effectuer les modifications afférentes dans les plus brefs délais.


Le Blog Généalogie, un site du Social Media Group, réseau de blogs thématiques.