« Bonnes nouvelles ! | Accueil | Détruire l'espoir ? »

Du bouche-à-oreille

Par Stéphane Cosson le 16 novembre 2012 | (4) Commentaires | Permalink

J'ai eu une longue discussion via l'e-mail avec un ancien étudiant du DU de Nîmes qui s'était installé comme professionnel il y a un an. La généalogie devait lui apporter des compléments financiers (il a très vite compris que là, il m'avait agacé avec cette expression) et qui a abandonné l'affaire au bout d'un an.

Je lui disais qu'il fallait compter plusieurs années pour faire son trou, mais cela n'avait pas l'air de l'agréer beaucoup. Alors je me suis dit qu'une note sur le bouche-à-oreille et les autres sources d'information pourrait ne pas faire de mal.

Au départ, il y a une personne qui a besoin d'un professionnel.  Quelle que soit la raison. Que fait-elle d'abord ? Elle sollicite sa mémoire. Se souvient-elle du nom d'un professionnel  dont elle aurait déjà entendu parler ? Soit qu'elle ait déjà eu affaire à lui par le passé, soit que quelqu'un de son entourage ait eu affaire à lui (et en ait été satisfait ou pas, cela permet de faire un premier tri). Si c'est un généalogiste amateur, il aura sans doute plus de noms en tête que s'il s'agit d'une personne extérieure à ce milieu qui a juste envie de faire un cadeau pour une occasion particulière.

S'il n'est pas familier, il va aller chercher des sources externes : publicités, magazines, amis à nouveau...Qu'il va distinguer en degré de fiabilité et en coût d'accès. Une pubilcité dans une revue de généalogie sera ainsi considérée comme plus fiable qu'une publicité dans un journal gratuit. De même il va les distinguer en terme plus ou moins commercial et en terme plus ou moins personnel. Peut-il échanger ? Peut-elle cette source répondre à ses interrogations de manière flexible et adaptée ?

Quatre possibilités dans ce cas-là :

  • En one to one : les vendeurs, les salons et foires
  • En one to many : la publicité, les informations en magasin, le marketinf direct, les catalogues.
  • En others to many : les journalistes, les tests comparatifs.
  • En many to Many : le bouche-à-oreille.

La généalogie, ne l'oublions pas, est une expérience qui est appréciée uniquement quand on y a été exposée. La personne recherche une information pertinente d'autant plus que son budget peut être limité. Le bouche-à-oreille, comme les avis des journalistes ou des tests comparatifs, sont alors très importants car adaptés à cette restitution d'expérience, nécessaires à une évaluation a priori. Il faut savoir qu'en plus une critique négative affecte plus la performance commerciale qu'une critique positive même si elle dure moins longtemps.

Le plus important dans le bouche-à-oreille reste son volume qui explique les performances commerciales. Ce volume peut aller très vite par l'intermédiaire des réseaux sociaux, de l'e-mail, des forums ou listes de discussion. Plus besoin d'être proches physiquement. La diffusion se fait désormais de clavier à clavier. Internet accroît sa puissance. Dans ce cas, faire de la veille est nécessaire. Pour réagir rapidement en cas de critique négative.

Mais avant que les leaders d'opinion vous connaissent, cela prend du temps. Un leader d'opinion c'est une personne qui se connecte au Web au moins deux fois par semaine, qui possède une compétence technique particulière et qui est régulièrement informé et en discute encore plus régulièrement. Statistiquement, ce sont des hommes de moins de 34 ans, cadres ou étudiants, ayant un revenu supérieur à la moyenne. Ils consultent aussi très régulièrement la presse magazine et quotidienne, la radio. Dans la généalogie, peut-être sont-ils différents. Mais en tout cas, il faut les identifier.

Et se faire reconnaître par eux prend du temps, je le redis. On ne fait pas ses preuves si vite que cela. Il vaut mieux le savoir avant de se lancer.



Commentaires

Rédigé par : Gregory Rhit | 17 nov 2012 10:22:41

Bonjour Stephane,
Je ne suis pas tellement choqué par le fait que cette personne ait voulu faire de la généalogie en tant que professionnel pour avoir un complément financier (aprés tout, pourquoi pas?) mais plutôt par le fait qu'il ait abandonné au bout d'un an. Je ne connais pas ce monsieur donc je ne veux pas le juger mais cela montre, à mon sens, un certain manque de motivation.
En ce qui concerne le bouche à oreille, ce que vous dîtes est trés vrai notamment avec Internet qui change la donne pour tous les professionnels même hors généalogie.


Rédigé par : Stéphane Cosson | 17 nov 2012 16:55:27

Bonjour Grégory,
De ce que j'en sais, il pensait que très rapidement il allait se faire de l'argent. En oubliant que pour cela, il faut faire du commercial et que cela prend du temps.
Quand je lui ai dit qu'il fallait attendre 5 ans, il n'en était pas question pour lui. C'était maintenant ou pas du tout. Mais les clients n'attendent pas après nous, il faut faire son trou.

Quant au terme "complément financier", cela m'agace par rapport à ceux qui ont pris le risque d'obtenir leurs revenus uniquement par le biais de la généalogie. Ce n'est pas leur rendre hommage, même si peut-être ce terme est trop fort. Leur faire honneur serait peut-être mieux. Enfin, vous voyez le sens. Je ne passe pas 12 heures par jour sur mon job pour mon argent de poche mais pour payer mes factures à la fin du mois!!! C'est ce côté dilettante que je ressens derrière cette expression qui me hérisse. Bon je vais encore m'énerver, autant alors essayer de rester dans une zénitude de Bouddha souriant.


Rédigé par : Coussay Fred | 19 nov 2012 16:02:10

Je me permets de rajouter une couche pour énerver Stéphane :)
Moi j'ai justement créé une petite auto-entreprise pour tenter de vivre de cette passion. Cela m'a permis de me lancer sans prendre de "gros" risques et en continuant mon activité à coté. J'ai deux enfants en bas âge, je ne pouvais pas trop me permettre cette prise de risque. Alors, c'est sur que mes week-end et mes nuits sont bien chargés, mais je le savais parfaitement avant de me me lancer dans cette aventure. Et cela fait un an, je suis plus motivé que jamais, et je sais que le chemin va être très long, mais le but est bien ensuite de modifier le statut de l'entreprise pour en vivre pleinement !
Et je rejoins parfaitement l'avis de Stéphane sur le bouche-à-oreille ! A un niveau local, dans mes petites campagnes poitevines, y'a que ça de vrai :)


Rédigé par : Stéphane Cosson | 19 nov 2012 19:44:19

Mais pas du tout énervé Fred :-) Raté !

Ton but est d'en vivre. En attendant, tu as une double activité. C'est différent pour moi de celui qui le fait pour son "argent de poche" si je puis dire.


L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.

 

Avertissement: Les informations, textes, images et sons, diffusées via internet par The Social media Group ne sont pas susceptibles, à priori, de contrevenir à la réglementation afférente aux droits d´auteur. Si tel n´était pas le cas, merci de nous le signaler à l´adresse copyright at thesocialmedia point com et nous nous engagerons, sous reserve de la validité de la requête, à effectuer les modifications afférentes dans les plus brefs délais.


Le Blog Généalogie, un site du Social Media Group, réseau de blogs thématiques.