| Retour à l' acceuil |

Waouh !

Par Stéphane Cosson le 29 octobre 2009 | (4) Commentaires | Permalink

Aujourd’hui en attendant mes documents aux Archives du Tarn, j’ai consulté une revue traitant du sujet suivant : surveiller sa e-réputation. J’ai pris comme cela les noms des différents moteurs dont la revue parlait, au cas où… Histoire de vérifier mon nom, ma réputation sur Internet.

 

En cherchant donc sur ces moteurs mon nom, je suis tombé sur un article, dans Ya-graphic, intitulé : « le blog d’entreprise, un moyen de communication ».

 

Voilà ce qui est écrit dans un des paragraphes  :

« Loïc Le Meur disait que le blog pouvait apparaître antinomique à l’entreprise dans la mesure où le blog remettrait en cause la protection de l’information. Observons les plus grandes sociétés américaines qui ont compris l’intérêt de créer un ou plusieurs blogs. Google –entre autres grandes compagnies et entreprises du web- possède à lui seul plus de 17 blogs édités sur sa propre plateforme Blogger. NVI Solutions, la société québécoise de conception web marketing en ligne, propose son blog Go-referencement.org initié par Sarah Benmaza et Guillaume Bouchard. Dans le domaine de la généalogie le blog de généalogie professionnelle administré par Stéphane COSSON (voir son portail de la généalogie) est aussi un exemple. »

 

Waouh ! Ai-je bien lu ?

 

Cela fait du bien au moral, je ne le cache pas. Je m’attendais à tout en cherchant mon nom mais pas à cela. NVI Solutions, j’avoue que je ne connais pas. Mais Loïc Le Meur est quand même la référence quasi-mondiale des bloggeurs. Pour Google, rien à dire… tout le monde connaît.

 

Sans vouloir me la péter, du tout. Mais cela fait du bien au moral. J'en ai conclu que ma e-réputation était relativement bonne. Ou tout du moins, que des gens suivaient mon blog même s'ils ne faisaient pas de commentaires.

Voir aussi : Weblogs

Separateur_post

Réponse à Alain

Par Stéphane Cosson le 18 août 2009 | (1) Commentaires | Permalink

Merci pour vos deux commentaires. Lire tous les posts depuis décembre 2006, courageux ! Bravo pour l'effort.

Doubler mes tarifs ? Pas si simple. De tous ceux qui publient leurs tarifs sur Internet, une seule est à 60 € : Myriam Provence. Présidente de la CSGHF pendant très longtemps, introduite dans les ministères pour faire reconnaître la profession, auteur reconnue en généalogie (je préfère utiliser le masculin parce qu'auteure m'a toujours choqué et que le féminin normal, autrice, ne s'emploie plus) auteur reconnue donc par ses livres ou par ses articles. Je n'ai pas cette réputation là.

Je pourrais doubler en me disant qu'après tout, je suis le seul à publier régulièrement mes réflexions sur le métier de généalogiste, à avoir une vision peut-être plus large ou plus novatrice que la plupart. Après tout, avec d'autres confrères j'ai mis en place SOS Généalogie qui commence à obtenir un début de réputation favorable dans la profession. Cela pourrait me permettre de doubler les tarifs. Je pourrais dire aussi que j'ai été contacté par l'APCE pour rédiger la fiche métier du généalogiste et que cela mérite un doublement des tarifs. Je pourrais aussi dire que le fait qu'à ma connaissance je sois le mieux formé pourrait entraîner les tarifs vers le haut. Ou que mes publications, somme toute relativement encore modestes, seraient aussi un atout. Voire mes différents partenariats. Mais est-ce suffisant comme raisons pour quelqu'un qui me demande de la recherche pure ? Va-t-il accepter de payer 60 € à la place de 30 uniquement pour ces raisons ? Même s'il y a une explication très pédagogique derrière.

La première question est la question de la réputation. C'est cette question là que je travaille en partie avec la CCI du Tarn. A priori, les augmenter de 50% sur quelques années me paraît possible. Ne brûlons pas les étapes.

J'aime beaucoup votre phrase où vous parlez de bénévolat professionnel, si je résume à ma manière. Parce que je crois que nous en sommes vraiment là. Mais qui va vouloir dépoussiérer le métier ? Je crois que j'essaie de faire prendre conscience, par mon témoignage au jour le jour, qu'un malaise puisse exister. Mais je ne vois pas beaucoup de professionnels qui entament la discussion ne serait-ce qu'en mettant des commentaires. Ce que je constate c'est que bouger, ne serait-ce qu'en doublant ses tarifs ou en innovant, dans une profession qui ne bouge pas, ce n'est pas se faire que des amis. Les clients comparent, ils changent de généalogistes si à un moment donné, pour une raison ou une autre, celui qu'ils font travailler ne les satisfait plus.  Ils ne sont pas captifs. Et la réputation se fait aussi par le biais des confrères. Qui recommande-t-on ? Pourquoi ?

Je crois qu'il faudrait que la profession augmente, double ses tarifs dans son ensemble. Nous en sommes très loin. J'avance plus lentement que je ne le voudrais, la gestation des projets est à la vitesse de la gestation de la baleine. Tant pis.

Et je ne connais pas beaucoup de supports de communication gratuits pour les professionnels, pour toucher un public qui n'est pas le nôtre. A moins de mettre en place des partenariats, du donnant-donnant, du gagnant-gagnant.

Voilà les quelques réflexions que m'inspirent vos commentaires.

Voir aussi : Weblogs

Separateur_post

Réponses à Martine et Fosserz

Par Stéphane Cosson le 18 août 2009 | (0) Commentaires | Permalink

Mon hébergeur ne comprend pas pourquoi je ne peux plus sauvegarder mes commentaires.

Le temps que Typepad arrive à trouver ce qui se passe, le pourquoi du comment (y aurait-il un virus ?), je réponds à ceux-ci par le biais de posts. Quand on se trouve avec un mur en face, le plus simple c'est de le contourner plutôt que d'essayer de franchir l'obstacle à tout prix.

A Martine :

Alors là, pas du tout ! Mais vraiment pas du tout !!! La personne qui m'accompagne dans la vie n'est pas jalouse mais bon, quand même...

C'est simplement une bosseuse comme je les aime, pas du genre à taper la causette autour de la machine à café ou à regarder voler les mouches en attendant que le temps passe. Elle possède des qualités que j'apprécie car j'ai été élevé ainsi. C'est une bosseuse, autant que moi.

Certes, c'est un chouïa trop dithyrambique, mais bon, quand on est franc, on est franc. Et on peut parfois se laisser porter par le lyrisme, c'est pas non plus interdit.

 

A Fosserz :

Je ne suis pas généalogiste successoral ni avocat. Je ne vais donc pas m'avancer outre mesure.

Ce qu'il vous est possible de faire, si vous vous croyez dans votre bon droit, c'est de rencontrer un avocat par le biais d'un centre départemental d'accès au droit. Les consultations sont de l'ordre d'une dizaine d'euros. D'habitude, il y a deux après-midis par mois où il est possible de les rencontrer (prise de rendez-vous nécessaire donc). Allez-y avec tous les documents et eux pourront vous dire ce qu'il en est exactement.

Voir aussi : Weblogs

Separateur_post

Ah là là ! L'informatique (bis)

Par Stéphane Cosson le 29 juin 2009 | (2) Commentaires | Permalink

C'est beau l'informatique mais qu'est-ce que cela peut m'agacer ! Ou alors, le fait d'avoir eu 42 ans samedi, allez savoir...

Régulièrement, Typepad sécurise et il faut donc taper son login et son passwor pour pouvoir avoir accès aux différentes fonctions. Une journée pour qu'il veuille prendre ce que je lui tapais. J'ai tout essayé et à un moment, paf, miracle, c'est passé. Pourquoi, comment, j'en sais rien.

Et comme pour le moment, je ne suis pas du genre patient avec les objets. Ou alors c'est le temps. Allez savoir !

Voir aussi : Weblogs

Separateur_post

Les accros du blog

Par Stéphane Cosson le 3 juin 2009 | (2) Commentaires | Permalink

Je suis surpris, voire même épaté par vous, mes lecteurs. Il y a des accros, je vous le dis, à ce que je peux écrire.

J'ai eu plusieurs cas récemment de personnes qui, d'après ce que je lisais,  d'après ce qu'elles me disaient dans leurs mails ou de vive voix, avaient tout lu de A jusqu'à Z, pouvaient même me citer des passages. Incroyable ! Cela m'a assis. Ils les ont appris par coeur ou quoi ?

Mais il faut se calmer ! Je ne suis qu'un généalogiste comme les autres ! Ni plus ni moins ! Déjà qu'une dame s'était présentée à moi en tant que groupie (cela m'a marqué ce terme, j'espère qu'elle ne m'en voudra pas) et là je me retrouve avec des gens qui me citent des passages entiers, mot pour mot, de mes notes, qui me demandent des nouvelles par rapport à ce que j'ai pu écrire  : Stéphane Bern a-t-il répondu ? Oui ; il a fait un e-mail très sympa et encourageant. Ou "vous avez écrit dans telle note, à telle date, ce point précis et j'aurais besoin de compléments plus explicites."

Non mais vraiment, cela me surprend. On se calme, je ne suis pas le nouveau Beaucarnot et je n'ai pas la prétention de l'être ! J'essaie simplement de montrer au jour le jour, avec des écrits un peu moins souvent pour cause de travail important, le métier de généalogiste familial, métier que j'exerce maintenant depuis neuf ans, et qui est très méconnu du public. Ma prétention s'arrête là.

Cela me fait penser à cette dame qui a utilisé la ligne SOS et qui in fine a demandé quel est le généalogiste qui lui a répondu. Quand j'ai décliné mon nom, sa réponse a fusé : "Ah oui ! Celui des magazines !" Houla !

Il y a des accros. Je ne l'aurais jamais cru quand il y a trois ans maintenant j'ai commencé à écrire. Cela fait plaisir et cela peut faire peur quand plusieurs personnes envoient la même réaction en même temps ou presque. Mais c'est sympathique et encourageant, valorisant, cela fait plaisir. C'est appréciable et je tenais à les en remercier même si cela me surprend toujours.

Donc merci !

Voir aussi : Weblogs

Separateur_post

Comment devenir généalogiste familial

Par Stéphane Cosson le 6 mai 2009 | (19) Commentaires | Permalink

Avez-vous lu, dans le blog de Généanet, la réponse de Jean-Bernard Laurent, en tant que membre de la CSGHF, sur comment devenir généalogiste familial ? Aucune sortie positive. J'en suis abasourdi. Un dépressif lit cela, il absorbe des barbituriques, se pend et, pour être sûr de ne pas se rater, se flingue. Vraiment. Mais je trouve cette réponse catastrophique, catastrophique pour la profession. Et le mot est très faible.

Franchement, pour moi, il ne croit plus à ce qu'il fait, il ne croit plus à son métier. Autant qu'il en change. Compétent ou pas, là n'est pas la question. Mais vraiment rien de positif ne ressort de sa réponse.

Attention, ce qu'il écrit est vrai en ce sens que le métier est difficile parce que nous connaissons des produits de remplacement qui nous font concurrence. OK, et alors ? Qu'est-ce qu'on attend pour ré-inventer le métier, aller là où on ne nous attend pas, INNOVER ? Que les autres le fassent à notre place ? On peut attendre un moment, nous serons comme Soeur Anne, nous ne verrons rien venir.

A chacun de mettre son grain de sel, son inventivité, sa créativité, de lâcher la bride à son imagination. Nous n'avons que cette limite : notre imagination ! Arrêtons de jouer les victimes,  de nous lamenter sur notre sort de pauvres petits généalogistes familiaux malheureux, de faire nos Caliméro, cela ne sert à rien.

C'est le moment de nous former, véritablement, aux techniques de vente, de marketing.  D'aller voir ailleurs ce qui se passe, pourquoi certains réussissent. Mais d'étudier profondément, dans le détail le plus infime les raisons de leurs réussites. Pas pour imiter mais pour comprendre les schémas, le mode de pensée. Et de se l'adapter.

Certes, il y a la recherche pure qui s'apprend sur le tas. Mais le métier ne se résume pas qu'à cela. Surtout pas. Et ceux qui le résument qu'à cela sont effectivement voués à disparaître parce que ce sont des poids lourds inutiles. Je le dis tel que le pense. Cela me met en colère une telle négativité.

La dame pose une question parce que le métier l'intéresse et en échange elle a du noir. Si après cela, elle a toujours envie de se lancer, c'est que vraiment elle a la foi du charbonnier. Quelle horreur que cette réponse !

Voir aussi : Weblogs

Separateur_post

www.portail-genealogie.fr

Par Stéphane Cosson le 17 juillet 2008 | (0) Commentaires | Permalink

Après genealogie-tarn !

Après patrimoine-tarn !

Après Patronimip ! D'ailleurs, à son sujet, j'ai des webmestres indiens -oui, oui de l'Inde !- qui m'ont démarché pour améliorer sa visibilité si je voulais. Mais comment ont-ils su ? Cela m'a scotché à mon siège quand j'ai reçu leur e-mail en anglais.  Comme quoi, il y a des gens qui font de la veille internationale sur Internet. Mais reprenons, après www.genealogie-tarn.fr et après www.patrimoine-tarn.fr, disais-je...

Après genealogie-et-tourisme !

Et après questions.successorales !

Voici : www.portail-genealogie.fr

Oui, je sais, c'est peut-être un peu ambitieux comme titre. Mais d'abord ce n'est pas moi qui ait choisi le nom mais mon webmestre. Ensuite, vu mon moral actuel, il y a des moments où il faut compenser ; cela fait du bien ! et bien j'avoue que le titre du portail compense relativement bien le départ de Christophe.

Comme vous l'avez peut-être compris, www.portail-genealogie.fr est un portail de généalogie (sans blaguer!) qui regroupe tous les autres sites. Dans la page de présentation, j'en ai aussi profité pour signaler le blog, le numéro et le site de SOS Généalogie. Comme cela, il y a le complet.

Comme d'habitude, allez voir et, si vous le voulez, donnez-moi votre avis.

Voir aussi : Weblogs

Separateur_post

www.questions-successorales.fr

Par Stéphane Cosson le 11 juillet 2008 | (4) Commentaires | Permalink

Et voilà donc le fameux dernier site. Celui qui fit couler beaucoup d'encre. Celui pour lequel j'ai reçu des insultes, des menaces. Celui à cause duquel je me suis fait virer de la CSGHF à la fin de mon premier mois chez eux, sans que son CA veuille discuter ou entendre mon point de vue. Voici donc LE SITE SULFUREUX. Le seul et l'unique. Prêts pour les roulements de tambour ?

Mais non ! Ce n'est pas un site porno dans le domaine de la généalogie ! Pas du tout ! M'enfin !

Il s'agit tout simplement du site : www.questions-successorales.fr .

Mais de quoi s'agit-il ? Et bien, tout simplement, j'ai repris toutes les questions / réponses qui sont parues sur mon blog concernant la généalogie successorale. Je les ai classées d'une certaine manière, en fonction de thèmes qui me paraissaient les plus appropriés.

Le but ? Tout d'abord que ces questions / réponses soient mieux référencées sur Internet que dans le cadre d'un blog. Donc, que le public qui cherche des réponses à ce propos puisse avoir des exemples concrets, des réponses concrètes et, in fine, soit mieux informé.

www.questions-successorales.fr ne prétend à rien de plus. Vous verrez, si vous avez la curiosité d'aller sur le site, à chaque page, je précise bien qu'il ne s'agit pas de me transformer en généalogiste successoral et que je n'ai certainement pas cette prétention.

Allez voir et dites-moi si cela valait vraiment cette tempête dans un verre d'eau tel que je l'ai ressenti pendant plusieurs mois.

L'adresse : www.questions-successorales.fr

Voir aussi : Weblogs

Separateur_post

Les joies de la gestion d'une base de données au quotidien

Par Stéphane Cosson le 17 juin 2008 | (0) Commentaires | Permalink

Patronimip est lancée. Petite piqure de rappel de l'adresse du site pour ceux qui auraient déjà oublié : www.patronimip.fr .

J'ai donc la main désormais pour gérer la base de données. Je la voulais, je l'ai. Mais il y a toujours des modifications à apporter.

Le webmestre avait eu, au départ, ce qui semblait être une bonne idée. Plutôt que de taper à chaque fois le nom de famille et le nom de la commune, je le tapais une seule fois puis j'allais chercher l'un ou l'autre dans un menu déroulant. Cela évitait ainsi les erreurs de frappe.

Sauf que... Sauf que c'est très bien quand une base de données n'évolue pas. Là, j'ai des centaines de lignes à rajouter par rapport à ce que le webmestre a rentré. Avec des dizaines de noms nouveaux. Et que là, c'est ingérable, quand il y a une liste à menu déroulant.

Tant pis, je préfère prendre le risque de l'erreur de frappe. Parce que le temps que cela prend pour modifier un nom ! Un seul et misérable nom ! AAHHH !!! J'ai très vite crisé, moi qui ne suis pas patient avec les objets. Inefficace à mon sens.  Une perte de temps caractéristique. Je suis parti de la pièce pour ne plus attendre devant l'ordinateur que cette screugneugneu de base veuille bien me sortir la nouvelle liste déroulante avec le nom rajouté.  A flinguer l'ordinateur. La mauvaise bonne idée typique. Mais il n'y en a qu'en la testant que j'ai pu m'en rendre compte.

Par contre, le rajout des lignes, quand les noms existent déjà, est très rapide et me convient parfaitement. Comme quoi, il fallait vraiment tester l'administratif en réel. Mais bon ce n'est qu'une question d'heures pour que tout rentre dans l'ordre.

Voir aussi : Weblogs

Separateur_post

portillon généalogique

Par Stéphane Cosson le 26 avril 2008 | (0) Commentaires | Permalink

Hier après-midi, j'avais rendez-vous avec mon webmestre pour mettre en place le dossier créa du dernier site. Quelle home page ? Combien de pages ? Qu'est-ce qu'on y met à l'intérieur ? Bref, le schéma classique. C'est le cinquième site que nous faisons ensemble, nous avons autant lui que moi l'habitude maintenant de travailler ensemble.

Mais en plus, hier, il m'apportait une bonne nouvelle.

C'est le cinquième site que nous faisons ensemble. Cinq sites sur la généalogie, il commence à connaître les mots-clés que je lui envoie. Comme à chaque fois, il a plusieurs pages de référencement (en fonction des sites, les mots-clés ne sont pas forcément les mêmes), il a alors eu une idée :

Gratuitement, il met en place un mini-portail. Ainsi, du point de vue du référencement, il pense que cela sera plus optimal.  Du point de vue home page, je lui ai toujours facilité le travail. Je voulais que toutes les home pages des sites soient ressemblantes, pour qu'une personne puisse facilement se dire en voyant un de nos sites qu'il s'agit d'un site de S2CF et de personne d'autre. Une sorte de marque de fabrique. De même du point de vue de la structure, à part pour un, nous avons toujours choisi les mêmes couleurs. Toujours pour la même raison. Nous identifier facilement.

Reste maintenant à lui trouver un nom différent des noms des sites. Séance de brainstorming en perspective avec Christophe, mais j'aime bien.

Voir aussi : Weblogs

Separateur_post

 

Avertissement: Les informations, textes, images et sons, diffusées via internet par The Social media Group ne sont pas susceptibles, à priori, de contrevenir à la réglementation afférente aux droits d´auteur. Si tel n´était pas le cas, merci de nous le signaler à l´adresse copyright at thesocialmedia point com et nous nous engagerons, sous reserve de la validité de la requête, à effectuer les modifications afférentes dans les plus brefs délais.


Le Blog Généalogie, un site du Social Media Group, réseau de blogs thématiques.